L'OM prend ses aises

  • A
  • A
L'OM prend ses aises
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Les Phocéens, qui se déplacent à Boulogne, sont solidement installés en tête.

LIGUE 1 - Les Phocéens, qui se déplacent à Boulogne, sont solidement installés en tête. Cette fois, il sera difficile de se cacher. Leader de la Ligue 1 avec cinq points d'avance sur son dauphin, Auxerre, l'OM a bel et bien pris ses aises en tête du classement, avec cette fois le même nombre de matches que ses adversaires, hormis Bordeaux. Les Girondins ont en effet encore un match à disputer à Valenciennes, mais ne peuvent revenir qu'à six points en cas de victoire. De leur côté, il reste six matches aux Olympiens pour prendre un maximum de points et assurer un titre de champion de France, le premier depuis 1992 pour la cité phocéenne. Et la première de ces six étapes emmène Didier Deschamps à Boulogne, une terre pas franchement des plus hostiles cette saison. En effet, en plus d'être pratiquement assurés d'être relégués à l'étage inférieur au terme de cet exercice 2009/2010, les Boulonnais n'ont remporté que trois victoires au Stade de la Libération, et pas forcément face à des cadors puisque seuls Grenoble, Lens et Lorient ont mordu la poussière sur la Côte d'Opale. Pour autant, Fabrice Abriel, interrogé sur le site officiel du club, ne verse pas dans le triomphalisme prématuré : "Ils vont jouer pour gagner comme tous nos adversaires quand ils jouent l'OM, encore plus en ce moment. Ils vont essayer de gagner cette rencontre. Cela peut sauver une saison pour certains clubs. Il faudra être encore plus fort que d'habitude". Pour les Olympiens, ce déplacement aura de plus des allures exceptionnelles puisque le club a dû improviser pour rallier le Pas-de-Calais, en raison de l'éruption volcanique islandaise, et des grèves SNCF. Finalement contraint d'atterrir à Auxerre, pour ensuite utiliser le bus, le club aurait préféré voir le match reporté à dimanche, à 17h. La LFP en a décidé autrement, à la grande colère de Dassier, interrogé par La Provence. "J'ai eu Frédéric Thiriez au téléphone, j'ai eu le sentiment de le déranger. L'Europe est touchée par un phénomène naturel exceptionnel, les aéroports sont paralysés, mais la Ligue reste inflexible. Elle se surpasse une fois de plus. Il n'y a aucun intérêt pour nos difficultés qui sont celles d'autres clubs également. On ne prendra pas le risque de perdre le match, mais je ne sais pas dans quel état l'équipe se présentera. Le report à dimanche 17 heures ne posait aucune difficulté. Le pire, c'est que la LFP ne l'a même pas envisagé".