L'OM ne lâche rien

  • A
  • A
L'OM ne lâche rien
Partagez sur :

Toujours en course pour conserver leur titre de champion de France, les Marseillais ont déjà raflé un trophée cette saison, également obtenu l'année dernière. Grâce à un but de Taiwo en fin de temps réglementaire (80e), l'OM a battu samedi Montpellier au Stade de France, 1-0, en finale de la Coupe de la Ligue.

Toujours en course pour conserver leur titre de champion de France, les Marseillais ont déjà raflé un trophée cette saison, également obtenu l'année dernière. Grâce à un but de Taiwo en fin de temps réglementaire (80e), l'OM a battu samedi Montpellier au Stade de France, 1-0, en finale de la Coupe de la Ligue. Marseille a donc assuré son premier doublé en Coupe de la Ligue. Finie la longue errance sans le moindre titre en vue pendant de longues années. Sans se montrer impérial, l'Olympique de Marseille a au moins appris à saisir les opportunités quand elles se présentent. C'est bien la moindre des choses et globalement tout ce qu'il conviendra de cette finale de la Coupe de la Ligue. Et si l'on ne juge une finale qu'à son résultat, cela tombe plutôt bien car on aura sans doute très vite oublié le contenu de cette édition 2011 qui ne restera pas dans les mémoires pour la qualité débordante du spectacle produit. Marseille et Montpellier avaient peut-être encore en tête leur duel en championnat bouillant. Ils avaient apparemment souhaité tempérer dans l'avant-match. Ils ont poursuivi sur le même mode en début de match... Une entame principalement marquée la blessure de Stéphane Mbia (5e) remplacé par Charles Kaboré. Pour le reste, pas grand-chose à se mettre sous la dent jusqu'à ce coup franc de Lucho que Pionnier (portier de Montpellier durant cette Coupe de la Ligue) détourne des poings (19e). La réponse de Montpellier jaillit suite à un mauvais dégagement de Heinze, Saihi contrôle et reprend dans la surface mais Mandanda détourne du bout du pied (21e). Les équipes semblent se réveiller avec un coup franc de Belhanda que Mandanda claque sous sa barre (30e) puis surtout un déboulé de Gignac, principalement cantonné à gauche. Son centre, repoussé en catastrophe, arrive sur Valbuena dont la reprise percute le poteau (32e) ! Les Héraultais essayent de combiner mais sans toujours effectuer le bon choix comme les tentatives de Jeunechamp (34e) ou Bocaly, d'un retourné (37e). Les Marseillais réagissent avec un joli mouvement de Kaboré qui échappe à deux défenseurs mais ne cadre pas (41e). Si le dernier mot du premier acte revient à Belhanda, les Phocéens redémarrent très fort avec un centre de Gignac pour Ayew qui contraint Pionnier à une grosse parade (46e). Taiwo délivre l'OM Montpellier ne s'affole pas pour autant et tente sa chance à son tour par Giroud bien décalé mais qui manque sa reprise, puis par Camara dont la tête n'est pas cadrée (52e). L'OM, pas flamboyant dans le jeu, est plus percutant sur les coups de pied arrêtés comment en témoigne ce corner de Valbuena repris par Ayew et qui ne passe pas bien loin du but de Pionnier (58e). Pour le reste, les deux équipes se distinguent davantage par leurs mauvais choix que par leur inspiration. Le rythme de la rencontre, pas folichon jusque-là, continue de s'étioler lentement. Cela incite René Girard à intervenir pour remplacer Pitau par Kabze (73e). Et comme souvent dans ce genre de rencontre, tout se décide sur un coup du sort. En l'occurrence, un coup de Taiwo qui profite d'un ballon repoussé par Pionnier sur un coup franc de Cheyrou pour ouvrir le score du droit (1-0, 80e). Dos au mur, Montpellier doit tout donner pour tenter d'inverser le cours de cette rencontre. Girard lance alors Dernis à la place Camara (83e). La réponse de Deschamps fuse avec l'entrée d'Abriel à la place d'un Lucho totalement transparent (85e). Les Héraultais tentent de profiter d'un ultime corner repris de la tête par Kabze (90e). Il est trop tard et c'est bien Steve Mandanda qui communie avec un public venu en nombre en levant cette Coupe de la Ligue dans le ciel du Stade de France. VIDEO Pour l'OM "les finales ne se jouent pas, elles se gagnent".