L'OM enchaîne

  • A
  • A
L'OM enchaîne
Partagez sur :

Cinq jours après s'être offert le scalp du PSG, l'Olympique de Marseille a confirmé en allant s'imposer vendredi sur le terrain de Caen (1-2) en match avancé de la 16e journée de Ligue 1. Un succès rendu possible par les réalisations d'André (21e) et de Jordan Ayew (52e) contre un penalty transformé par Frau (23e). De bon augure avant un match capital en Ligue des champions, mardi à Dortmund.

Cinq jours après s'être offert le scalp du PSG, l'Olympique de Marseille a confirmé en allant s'imposer vendredi sur le terrain de Caen (1-2) en match avancé de la 16e journée de Ligue 1. Un succès rendu possible par les réalisations d'André (21e) et de Jordan Ayew (52e) contre un penalty transformé par Frau (23e). De bon augure avant un match capital en Ligue des champions, mardi à Dortmund. Les Marseillais sont bien dans leur peau en cet automne 2011 et se donnent du mal pour compenser le retard pris à l'allumage. Une petite semaine après avoir dynamité le PSG (3-0) dans un Clasico parfaitement maîtrisé, la confirmation du club phocéen était attendue ce vendredi à l'occasion d'un match à Caen, avancé "pour permettre à l'OM de préparer dans les meilleures conditions son match de Ligue des champions du mardi 6 décembre au Borussia Dortmund", comme l'avait annoncé la Ligue de football professionnel (LFP), le 17 novembre dernier. La LFP ne croyait pas si bien dire, les troupes de Didier Deschamps ayant profité de leur voyage à d'Ornano pour engranger une 5e victoire sur leurs 6 derniers matches de championnat. Le réveil marseillais, et ces 15 points pris sur 18 possibles, est désormais incontestable. "C'était important pour nous de confirmer, ce n'était pas évident avec toute l'adrénaline qu'il y a eu autour de ce match contre le PSG. Ça n'a pas été facile, on s'est un peu compliqué la tâche", confiera après coup Didier Deschamps devant les caméras de Foot+. Pas facile car même si l'OM voit sa bonne entame récompensée par l'ouverture du score après 21 minutes de jeu, André Ayew reprenant une frappe d'Amalfitano déviée sur la transversale par Sorbon (0-1), les locaux n'ont besoin que de deux minutes pour remplacer le sourire des visages marseillais par une grimace. La faute à une erreur de Mandanda, qui relâche une frappe de Hamouma avant de faucher Nabab dans la zone de vérité. Frau ne tremble pas et transforme le penalty en plaçant le ballon hors de portée d'un capitaine marseillais coupable (1-1, 23e). Appliquant la même recette que face au club de la capitale - un engagement total dans les duels et un combat physique de tous les instants -, les Phocéens repartent à l'attaque et il faut une tête de Vandam pour dévier la frappe de volée de Jordan Ayew (26e). L'OM maîtrise les débats et fait montre de patience, les deux équipes ralliant les vestiaires sur un score de parité. Deschamps: "Un fil conducteur: se faire mal" Après le repos, les visiteurs mettent 7 minutes pour reprendre une longueur d'avance, grâce à un Diawara au four et au moulin. Le défenseur sénégalais éloigne le danger sur un corner caennais et transmet le cuir à A. Ayew avant d'accompagner l'offensive marseillaise. L'ancien Bordelais est retrouvé par le Ghanéen et se signale par un centre à ras de terre précis que Jordan Ayew reprend d'un plat du pied victorieux (1-2, 52e). Appliqué et dominateur, l'OM laisse tout de même quelques espaces à des Caennais qui opèrent en contre, mais manquent de précision, à l'image du tir dévissé de Froment (59e). Dominés athlétiquement, les Caennais laissent leurs hôtes s'illustrer en fin de match, mais les filets ne trembleront plus, Thébaux repoussant le tir d'Amalfitano (74e) avant que Gignac, sorti du placard avant de rechuter de sa blessure aux adducteurs dans les dernières secondes, ne rate le cadre sur une frappe enroulée (85e). "C'est une victoire collective. On a été moins performants que dimanche dernier, mais il y a quand même un fil conducteur chez tous les joueurs pour se faire mal, pour aller chercher les points, c'est ce dont on a besoin car on est en déficit par rapport aux deux premiers mois de championnat, assurera Deschamps, conscient que ses joueurs ont fait le plein de confiance avant d'aller jouer leur qualification en Ligue des champions, mardi à Dortmund: On ira pour gagner". C'est le moral gonflé à bloc que l'OM, septième provisoire du championnat, s'en ira défier les champions d'Allemagne...