L'OM en plein pataquès

  • A
  • A
L'OM en plein pataquès
Partagez sur :

Alors que la campagne de recrutement tarde à démarrer du côté de la Commanderie, les coulisses de l'Olympique de Marseille bouillonnent. La guerre déclarée, par voie de presse, entre Pape Diouf et Vincent Labrune plombe l'ambiance du club phocéen. Robert Louis Dreyfus serait sans doute bien inspiré de ramener le calme.

Alors que la campagne de recrutement tarde à démarrer du côté de la Commanderie, les coulisses de l'Olympique de Marseille bouillonnent. La guerre déclarée, par voie de presse, entre Pape Diouf et Vincent Labrune plombe l'ambiance du club phocéen. Robert Louis Dreyfus serait sans doute bien inspiré de ramener le calme.Cela faisait longtemps que l'Olympique de Marseille n'avait pas piqué une petite crise. Sans doute trop pour les instances dirigeantes du club, scindées en deux clans. Dans le coin droit, Pape Diouf et José Anigo, respectivement président et directeur sportif de l'OM. Dans le coin gauche, Vincent Labrune, président du conseil de surveillance et oreille interne de l'actionnaire majoritaire, Robert Louis-Dreyfus, en retrait pour des raisons de santé. Au milieu, l'entraîneur marseillais, Didier Deschamps, qui patine pour recruter sur le marché des transferts.A l'origine de cette guéguerre, un différend entre Diouf et Labrune, qui affleure depuis les multiples sorties du président olympien dans la presse à l'encontre du bras droit de RLD. Des prises de parole musclées, mais aussi risquées puisque Labrune peut, en théorie, pousser l'ancien agent de joueurs dehors. Mercredi dernier, pour marquer son désaccord profond avec Labrune, Diouf n'a pas daigné se rendre au conseil de surveillance à Paris alors qu'il y était convié.Anigo: "Le club se gère à Marseille, pas à Paris"Son absence n'est pas passée inaperçue, d'autant plus que ce conseil ne peut pas exercer ses fonctions sans le président du directoire de l'OM. Les membres présents lors de cette réunion ont donc demandé à Robert Louis-Dreyfus de trancher. Soit il conserve Diouf à la tête du club, soit il le prie de prendre la porte. Sa décision est attendue pour le 17 juin prochain, lors d'un nouveau conseil de surveillance... Il est clair qu'écarter Diouf de la présidence d'un club qu'il a mené pour la troisième saison consécutive en Ligue des champions serait une décision osée de la part de l'actionnaire majoritaire. Surtout si, en cas de licenciement, Anigo lui emboîte le pas par solidarité. Le conseil de surveillance n'est pas conscient que le boulot est bien fait. Le conflit en interne avec Vincent Labrune, c'est tout simplement parce que le club se gère à Marseille et que les décisions doivent se prendre ici, et non à Paris." Ambiance...Le nouvel entraîneur phocéen, Didier Deschamps, doit faire avec pour essayer, tant bien que mal, de bâtir un effectif capable de continuer à jouer le titre en 2009-10. Mais le contexte n'est pas vraiment accueillant pour les éventuelles recrues. L'ex-champion du monde avec l'équipe de France avait refusé de diriger l'OM il y a trois ans parce que les pleins pouvoirs en matière de recrutement ne lui étaient pas accordés. Cette fois, il a d'autres bâtons dans les roues.