L'OM au forceps

  • A
  • A
L'OM au forceps
Partagez sur :

Défait à Paris (1-2), puis tenu en échec par Lens (1-1), Marseille a renoué avec la victoire en L1 ce samedi à Toulouse (1-0), lors de la 14e journée. Mais ce succès fut long à se dessiner pour l'OM qui n'a trouvé l'ouverture qu'à la 88e minute grâce à Ayew. A défaut d'être séduisants, les Phocéens réalisent une bonne opération au classement, en remontant provisoirement à la 4e place.

Défait à Paris (1-2), puis tenu en échec par Lens (1-1), Marseille a renoué avec la victoire en L1 ce samedi à Toulouse (1-0), lors de la 14e journée. Mais ce succès fut long à se dessiner pour l'OM qui n'a trouvé l'ouverture qu'à la 88e minute grâce à Ayew. A défaut d'être séduisants, les Phocéens réalisent une bonne opération au classement, en remontant provisoirement à la 4e place. Critiqué pour le niveau de jeu proposé depuis le début de la saison, l'OM n'aura sûrement pas réussi à faire taire ses détracteurs après la courte victoire obtenue samedi à Toulouse (0-1), pour le compte de la 14e journée. Mais les Marseillais ont réussi l'essentiel en parvenant à arracher les trois points, après la défaite subie face à Paris (1-2) et le nul concédé au Vélodrome face à Lens (1-1). De bon augure avant le choc à Moscou face au Spartak, mardi en Ligue des champions ? A vérifier... Pour cette rencontre, Didier Deschamps avait choisi de faire souffler Valbuena, Heinze et Ayew, en prévision du match capital en Russie. Le trio Rémy-Gignac-Brandao était donc en charge de l'animation offensive face au TFC. Sans grande réussite en première période. Si la première alerte a lieu sur le but de Mandanda, à la suite d'un corner de Machado repris de la tête par Congré (25e), les Phocéens se créent plusieurs actions, mais comme souvent depuis l'entame de ce championnat, manquent de réalisme dans le dernier geste. C'est d'abord Brandao dont la frappe du gauche aux six mètres ne fait que frôler la lucarne de Valverde (27e). Quelques minutes plus tard, c'est Diawara qui, sur un corner distillé par Lucho, place sa tête au-dessus. Les deux équipes regagnent ainsi les vestiaires sans avoir réussi à trouver l'ouverture. Bien décidés à forcer le verrou toulousain le plus rapidement possible, les Olympiens démarrent en trombe la seconde période. Alors que Valverde venait de s'interposer sur une volée de Gignac (53e), Tabanou fauche Rémy dans le coin droit de la surface. Penalty indiscutable pour l'OM, mais le tir puissant de Taïwo est renvoyé par le poteau (55e). L'OM ne désarme pas et maintient la pression. Rémy ne trouve que le petit filet extérieur de Valverde (61e), alors que Gignac, à la suite d'un coup franc, voit sa frappe finir dans les gants du portier toulousain (72e). Les Phocéens auraient même pu obtenir un deuxième penalty, mais M. Duhamel ne bronche pas sur un tacle par derrière de Congré (75e). André Ayew le sauveur Entré pour la dernière demi-heure, Mansaré pose de nombreux soucis à l'arrière-garde phocéenne. Il bute cependant une première fois sur Mandanda (65e), avant d'être contré par le dos d'Azpilicueta (87e). Pas loin d'être surpris en contre, l'OM va finalement réussir à arracher les trois points. A la suite d'une action initiée depuis le côté gauche par Valbuena, Azpilicueta centre parfaitement pour André Ayew, qui trompe Valverde d'une tête à bout portant (1-0, 88e). Auteur de son quatrième but en Ligue 1 depuis le début de la saison, le jeune ghanéen prouve ainsi qu'il est l'attaquant phocéen le plus en réussite depuis le début de la saison. Le fils d'Abedi ne cachait d'ailleurs pas sa joie à l'issue de la rencontre, au micro de Foot +, et exprimait son soulagement: "Ça fait plaisir d'entrer en jeu et de marquer. On était plusieurs à rentrer fatigués de sélection, le coach avait fait tourner, mais c'est surtout une victoire importante après la défaite à Paris. Elle nous fait du bien. Le plus important pour nous, c'est d'être champion à la fin et on va tout faire pour ça. On rentre tous avec l'envie de bien faire mais on est tombé face à une équipe de Toulouse combative. A la fin du match, c'était du va-et-vient, tout le monde pouvait marquer et c'est tombé sur nous. On repart de Toulouse heureux." Les Toulousains, désormais 13e au classement, concèdent donc leur troisième défaite consécutive, eux qui n'ont décroché qu'une seule victoire lors de leurs dix dernières rencontres. De son côté, l'OM décroche un succès très précieux qui lui permet de revenir provisoirement à la quatrième place à deux longueurs de Montpellier et à un petit point du PSG et de Rennes, mais aussi de reprendre confiance avant d'aller défier le Spartak Moscou. Lucho et ses coéquipiers doivent en effet absolument s'imposer pour espérer avoir une chance de se qualifier pour les huitièmes de finale. A 72 heures d'un match aussi important, la propriétaire Margarita Louis-Dreyfus n'a d'ailleurs pas manqué l'occasion de mettre encore un peu plus la pression sur ses joueurs: "La direction a décidé d'investir de façon importante lors du mercato pour renforcer l'équipe et lui permettre de franchir le premier tour de la Ligue des champions. Une élimination serait donc une grande déception, pour ne pas dire un échec." Les Phocéens sont prévenus, ils n'ont pas le droit à l'erreur.