L'OL engrange

  • A
  • A
L'OL engrange
Partagez sur :

Sans défaite depuis six matches en Ligue 1, Lyon a poursuivi sa série d'invincibilité, dimanche soir en clôture de la 13e journée de Ligue 1, en battant Nice au Stade de Gerland (1-0). Face à des Aiglons très timorés, l'OL a fait la différence en première période grâce à Jérémy Pied (30e). Les Gones réalisent ainsi une très bonne opération au classement en remontant à la huitième place.

Sans défaite depuis six matches en Ligue 1, Lyon a poursuivi sa série d'invincibilité, dimanche soir en clôture de la 13e journée de Ligue 1, en battant Nice au Stade de Gerland (1-0). Face à des Aiglons très timorés, l'OL a fait la différence en première période grâce à Jérémy Pied (30e). Les Gones réalisent ainsi une très bonne opération au classement en remontant à la huitième place. Invaincu au Stade Gerland face à l'OGC Nice depuis plus de trente ans (1973), l'Olympique Lyonnais n'a eu aucun mal à poursuivre sa série face aux Aiglons dimanche en clôture de la 13e journée de Ligue 1. Sans être particulièrement brillants, les Gones se sont en effet imposés sur la plus petite des marges (1-0) face à une formation venue avant tout pour défendre. Diminués, il est vrai par de nombreuses absences avec les blessures de Bamogo, Ben Saada, Digard, Hellebuyck, Pejcinovic et les suspensions de Bagayoko et Civelli, les Azuréens n'ont jamais semblé réellement en mesure d'inquiéter une formation rhodanienne, qui, malgré une nette domination et de nombreuses occasions, n'est pas parvenue à se mettre à l'abri. Mais l'essentiel est assuré pour les Gones, qui, pour le 400ème match de leur entraîneur Claude Puel sur un banc de Ligue 1, ont décroché trois points très précieux. Installé quasiment dès le coup d'envoi dans le camp azuréen, l'OL, toujours privé de Cissokho et Lisandro, mais avec Toulalan de retour au milieu, se montre rapidement dangereux. Gourcuff allume la première mèche d'une frappe en demi-volée détournée du bout des gants en corner (8e). Signe de l'impuissance des Gones à tromper la vigilance de la défense azuréenne, Cris tente sa chance de très loin. Mais son tir n'est pas assez appuyé et trop croisé pour inquiéter Ospina qui laisse filer en sortie de but (24e). Cette montée rageuse du capitaine rhodanien a le mérite de réveiller ses coéquipiers. Bastos accélère sur son côté gauche et centre aux six mètres pour Gomis, dont la reprise sans contrôle passe juste à côté (26e). Dans la foulée, Gourcuff, très actif depuis le début de la rencontre, prend à son tour sa chance de loin, mais c'est encore à côté (28e). Qu'importe, le meneur de jeu tricolore ne se décourage pas et profite d'un bon service de Bastos sur la gauche de la surface pour se délivrer du marquage de Mabiala et adresser un très bon centre au second poteau pour Jérémy Pied, dont la reprise à bout portant fait mouche (1-0, 30e). Préféré à Jimmy Briand, entré en fin de match, le jeune joueur de 21 ans inscrit ainsi son deuxième but en Ligue 1. Gourcuff: "On n'est pas encore ce qu'on devrait être" Conscients d'avoir fait peut-être le plus dur, les hommes de Claude Puel accentuent la pression avant le retour aux vestiaires. A la lutte avec Gace sur la droite de la surface, Gomis s'écroule dans la zone de vérité, après avoir été touché très légèrement et involontairement par le défenseur azuréen. Suivant les conseils de son assistant, M. Jaffredo accorde un penalty très généreux aux Lyonnais. Bastos a la balle du 2 à 0 au bout du pied, mais voit sa tentative être repoussée avec l'aide du poteau par Ospina (38e). Malgré une grosse pression des Lyonnais avant le repos, la défense niçoise tient bon et regagne les vestiaires avec un seul but de retard, sans avoir eu l'occasion d'inquiéter au moins une fois Lloris. Pour tenter d'apporter le danger, l'entraîneur niçois, Eric Roy, décide de procéder à un réajustement tactique. L'attaquant Eric Mouloungui fait son entrée à la place du défenseur Gace, pour épauler Mounier et Ljuboja, bien trop isolés sur le plan offensif lors des quarante-cinq premières minutes (46e). Ce sont toutefois les Rhodaniens qui restent les plus dangereux. Sur un corner de Gourcuff, Gomis place une tête au point de penalty qui file sous la barre, mais Ospina est encore là pour détourner en corner d'une claquette (53e). Décidés à montrer un autre visage dans la dernière demi-heure, les Niçois s'approchent enfin de la surface adverse, mais Ljuboja, puis Mouloungui sont signalés en position de hors-jeu. C'est au tour de l'OL de jouer en contre et il s'en faut de peu pour que Bastos profite d'une incompréhension entre Paisley et Ospina sur un centre de Gourcuff pour marquer d'un lob (65e). Formé à l'OL, Mounier avait à coeur de briller face à ses anciens coéquipiers. L'ailier azuréen fait la différence côté gauche en éliminant trois adversaires, mais son centre est légèrement dans le dos de Ljuboja (80e). La seule petite alerte de la rencontre sur le but de Lloris. Avec cette défaite, les Aiglons restent treizièmes au classement, à deux points du premier relégable Lens. De son côté, l'OL poursuit sa série de six matches sans défaite (quatre victoires, deux nuls) et remonte à la huitième place. Invité à s'exprimer au micro de Canal + à l'issue de la rencontre, Yoann Gourcuff préférait retenir la bonne opération comptable plutôt que le niveau de jeu proposé: "Aujourd'hui, la mission c'est de prendre des points. On se rend compte qu'en Ligue 1, il y a un déficit au niveau technique et du jeu. A part des équipes comme Lille qui produit du jeu, il n'y a pas beaucoup d'équipe qui maîtrise son sujet. On n'est pas encore ce qu'on devrait être. Mieux on sera au classement, mieux on sera sur le terrain. On revient de loin après un début de championnat très difficile. C'est une victoire qui nous fait du bien au niveau comptable. Ce championnat est bizarre: il suffit de perdre deux matches d'affilée pour faire un bond en arrière de dix places au classement. On va essayer d'arriver en vacances avec le moins de points d'écart sur le premier". Un leader brestois qui n'est plus qu'à trois petits points.