L'Italie y est presque

  • A
  • A
L'Italie y est presque
Partagez sur :

Le choc du Groupe C des éliminatoires de l'Euro 2012 voyait la Slovénie, deuxième avant la rencontre, accueillir l'Italie avec la possibilité de relancer totalement le suspense pour la qualification. C'est finalement la Squadra qui réalise le gros coup de la soirée, en s'imposant (1-0) grâce à un but tardif, mais mérité, de Thiago Motta.

Le choc du Groupe C des éliminatoires de l'Euro 2012 voyait la Slovénie, deuxième avant la rencontre, accueillir l'Italie avec la possibilité de relancer totalement le suspense pour la qualification. C'est finalement la Squadra qui réalise le gros coup de la soirée, en s'imposant (1-0) grâce à un but tardif, mais mérité, de Thiago Motta. "J'ai hâte de battre l'Italie et de revenir en vainqueur dans mon club." Bostjan Cesar, défenseur central de l'équipe de Slovénie et du Chievo Vérone, avait affiché, sur le site de l'UEFA, ses ambitions avant ce choc. Plus que confiant, l'ancien défenseur de l'Olympique de Marseille semblait même persuadé que son équipe pouvait créer l'exploit et se relancer dans la course à la qualification à l'Euro 2012, sur la pelouse d'un stade de Ljubljana tout acquis à sa cause. Plus dure est la chute. Car l'Italie, depuis sa reprise en mains par Cesare Prandelli, affiche à nouveau un visage conquérant, ainsi qu'un collectif peut-être amputé de noms ronflants, mais qui apparaît plus équilibré. Ainsi, son leader d'attaque se nomme Giampaolo Pazzini, attaquant de l'Inter Milan depuis le dernier mercato hivernal. Et sans être aussi fantasque qu'Antonio Cassano, ou emblématique que Francesco Totti, le néo-Nerazzurro pèse de tout son poids dans les résultats de ses équipes, l'Inter, donc, mais aussi la Squadra Azzurra. Motta, italien depuis un mois On pense d'ailleurs que Pazzini ouvre le score à la 23e minute, mais le montant de Handanovic repousse sa tentative. L'Italie domine, l'Italie joue, aussi, mais ne trouve pas la faille. En face, rien, ou si peu. La Slovénie déjoue, comme écrasée par l'enjeu de la rencontre. Pourtant, les hommes de Prandelli vont réussir à se faire peur, lorsque Ljubijankic, entré en jeu peu de temps auparavant, heurte la transversale à la conclusion d'une contre-attaque (59e). Un avertissement sans frais pour les Azzurri, qui reprennent leur domination, finalement récompensée par le but d'un autre Interiste, Thiago Motta. L'ouverture prônée par Cesare Prandelli a du bon, semble-t-il. Nul doute, en tout cas, que ce soir, aucun Italien ne trouve à redire à la naturalisation du Brésilien de naissance, le 9 février dernier. A la 73e minute, Motta sollicite le une-deux avec Balzaretti, qui lui remet bien. Sa frappe croisée du gauche, spontanée, ne laisse aucune chance au très bon jusqu'alors Handanovic. Le plus dur est fait, un ultime frisson parcourra les échines transalpines à la dernière minute, lorsque le ballon frôle le montant droit de Buffon sur un coup franc indirect a priori anodin. Le succès est acquis, il porte l'Italie en tête de son groupe, avec désormais six points d'avance sur le duo Slovénie-Serbie. Voilà ce qu'on appelle un succès preciosissimo.