L'Italie veut rejoindre l'Allemagne

  • A
  • A
L'Italie veut rejoindre l'Allemagne
Partagez sur :

La Squadra Azzurra reçoit ce mardi à Florence son voisin slovène avec en ligne de mire la qualification pour l'Euro 2012. Les coéquipiers d'Antonio Cassano ont en effet la possibilité de devenir la deuxième équipe des éliminatoires à se qualifier, après l'Allemagne vendredi, à condition de s'imposer contre une équipe de Slovénie toujours menacée par la Serbie, mais aussi l'Estonie dans la course à la deuxième place du groupe C.

La Squadra Azzurra reçoit ce mardi à Florence son voisin slovène avec en ligne de mire la qualification pour l'Euro 2012. Les coéquipiers d'Antonio Cassano ont en effet la possibilité de devenir la deuxième équipe des éliminatoires à se qualifier, après l'Allemagne vendredi, à condition de s'imposer contre une équipe de Slovénie toujours menacée par la Serbie, mais aussi l'Estonie dans la course à la deuxième place du groupe C. Les Italiens ont la pression. Alors que les Pays-Bas et l'Allemagne étrillaient respectivement Saint-Marin (11-0) et l'Autriche (6-2) vendredi dernier, la Squadra Azzurra a de son côté rendu l'une des plus pâles copies de son histoire. Les hommes de Cesare Prandelli se sont en effet imposés "seulement" 1-0 à Torshavn contre la très modeste équipe des Iles Féroé qui se sont même offert le luxe d'écraser deux frappes sur les montants de Gigi Buffon. Contre la Slovénie, les Azzuri ont donc tout intérêt à s'imposer avec la manière, bien qu'une victoire, même acquise sur le plus petit des scores, leur permettra de disputer quoi qu'il arrive l'Euro 2012. Pour l'occasion, la Squadra recevra son voisin frontalier à Florence, ville de Léonard de Vinci mais aussi de Cesare Prandelli puisqu'il a entraîné durant cinq années la Fiorentina qu'il a mené jusqu'aux huitièmes de finale de la Ligue des champions (en 2010). Le public toscan aura donc à coeur de célébrer le retour de celui qui est resté dans les annales du club, et également d'encourager deux des siens, à savoir Mattia Cassani (prêté à la Viola par Palerme cet été) et Riccardo Montolivo, ex-capitaine de la Fiorentina (il a été destitué du brassard après avoir demandé à ses dirigeants de le transférer, sans pour autant perdre de sa superbe auprès des tifosi). Gare à Ilicic, le successeur de Pastore à Palerme Après avoir aligné son équipe type contre les Féroé, Prandelli devrait quelque peu modifier son onze ce mardi. Remplaçant vendredi, Claudio Marchisio pourrait ainsi être aligné d'entrée en lieu et place de Thiago Motta, unique buteur lors de la victoire italienne contre la Slovénie lors du match aller (en mars dernier), à moins que l'ancien entraîneur de la Viola ne lui préfère Alberto Aquilani. En attaque, il est également possible que Giampaolo Pazzini remplace Giuseppe Rossi. L'entente entre l'attaquant de Villareal et Cassano n'est pas encore des plus optimales, et associer les deux anciens buteurs de la Sampdoria pourrait être une solution pour une Squadra Azzura en panne d'efficacité devant le but le week-end dernier. Côté slovène, plusieurs joueurs devraient se sentir à l'aise sur la pelouse d'Artemio Franchi dans la mesure où ils côtoient au jour le jour les stars du Calcio. C'est le cas de la petite pépite nationale Josip Ilicic, qui a récupéré cet été le numéro 27 de Javier Pastore à Palerme. A ses côtés, Armin Bacinovic, son coéquipier en club, mais aussi Samir Handanovic d'Udinese, assurément l'un des meilleurs gardiens de Serie A. Si la tâche de la Slovénie s'annonce des plus ardues, les hommes de Matjaz Kek n'auront d'autre choix que de viser au moins le match nul, sous peine de dire adieu à la deuxième place synonyme de barrage.