L'Italie pour tout chambouler ?

  • A
  • A
L'Italie pour tout chambouler ?
Partagez sur :

Alors que la victoire de l'Irlande sur l'Australie a déjà bouleversé la hiérarchie de cette poule C, l'Italie a l'occasion d'à nouveau chambouler le classement, dimanche, face à ces mêmes Irlandais. En cas de victoire, les Transalpins élimineraient en effet le XV du Trèfle, et partiraient en quarts de finale en compagnie des Wallabies.

Alors que la victoire de l'Irlande sur l'Australie a déjà bouleversé la hiérarchie de cette poule C, l'Italie a l'occasion d'à nouveau chambouler le classement, dimanche, face à ces mêmes Irlandais. En cas de victoire, les Transalpins élimineraient en effet le XV du Trèfle, et partiraient en quarts de finale en compagnie des Wallabies. "Notre objectif a toujours été de nous retrouver en position d'avoir encore une chance de qualification au moment de jouer l'Irlande". Nick Malett n'y va pas par quatre chemins. A l'heure d'affronter l'Irlande, dimanche, pour son dernier match de poules, l'Italie compte bien vaincre, et du même coup se qualifier pour les quarts de finale. "Je ne serais pas honnête si je disais que l'objectif n'était pas d'atteindre les quarts de finale, parce que c'est bel et bien notre objectif", reconnaît de son côté Gonzalo Parisse. Et les Transalpins ont des raisons d'y croire, notamment après leur confrontation avec le XV du Trèfle, lors du dernier Tournoi des Six Nations, où ils avaient fait plus que tenir tête (11-13). "Je me souviens très bien que l'équipe était très déçue, se remémore Malett. Les vestiaires étaient très calmes et c'est la première fois que je voyais les joueurs aussi déçus après avoir fait un bon match contre une équipe du Six Nations". "ll a vraiment fallu mettre un coup de collier pour les battre à Rome cette année", confirme de son côté Brian O'Driscoll. O'Driscoll: "Ça passe ou ça casse" Et si les Irlandais ont fait l'exploit face à l'Australie (15-6), ces derniers sont loin d'être à l'abri. Une défaite face aux Italiens, et ils laisseraient filer leur quart de finale, au profit de leurs adversaires. "Ça passe ou ça casse. On savait qu'on était capables de battre l'Australie, mais ça ne change rien pour nous, on doit toujours battre l'Italie pour le dernier match", confirme "BOD", qui n'y voit pas de tension supplémentaire. "Je ne vois pas bien comment le fait de gagner un match met plus de pression sur vous. Si ça permet quelque chose, c'est d'être un peu plus détendus, après notre performance contre l'Australie, on sait qu'on n'a pas oublié comment jouer à ce niveau". Et à l'heure d'aborder la rencontre, l'Irlande sait qu'elle devra faire face à un gros pack d'avant. "C'est de toute évidence une force et une arme chez les Azzurri. Mais on doit se concentrer sur nous-mêmes et ne pas s'enfermer dans un seul aspect du jeu", explique Denis Leamy. De son côté, Geordan Murphy a déjà sa petite idée pour rendre inoffensif son coéquipier chez les Tigers, Martin Castrogiovanni: "Clairement, sur la mêlée, je suis balaise. Je pense qu'en laissant quelques cornets de frites aux quatre coins du terrain, ça devrait suffire à le distraire". Reste à savoir qui l'aura vraiment dans le cornet...