L'Italie n'a pas trouvé la clé

  • A
  • A
L'Italie n'a pas trouvé la clé
Partagez sur :

Face à une équipe d'Irlande du Nord défensive mais à l'affût du moindre contre, les Italiens n'ont pas su marquer à Belfast lors de la troisième journée des éliminatoires de l'Euro 2012 (0-0). Dans une rencontre sans grand rythme ni génie, la Squadra Azzurra a confirmé ses doutes actuelles et ses lacunes... mais conservé la tête de son groupe. La manière attendra.

Face à une équipe d'Irlande du Nord défensive mais à l'affût du moindre contre, les Italiens n'ont pas su marquer à Belfast lors de la troisième journée des éliminatoires de l'Euro 2012 (0-0). Dans une rencontre sans grand rythme ni génie, la Squadra Azzurra a confirmé ses doutes actuelles et ses lacunes... mais conservé la tête de son groupe. La manière attendra. "Gagner dans la maison de Best". Les titres de la presse italienne ce vendredi étaient évocateurs. Si l'inquiétude d'un report né de l'attentat à Londonderry lundi avait pu logiquement l'éluder un temps, la pression que ressentait la Squadra Azzurra à l'heure de venir à Belfast était toutefois bien présente. Certes, l'Italie avait gagné ses cinq dernières rencontres face à l'Irlande du Nord, parfois aisément, mais elle gardait du pays un traumatisme vivace. Le 15 janvier 1958, en match d'appui pour la qualification à la Coupe du monde en Angleterre, la Squadra Azzurra s'était incliné 2-1 après que le résultat de la première rencontre (2-2 en décembre) ait été annulé pour cause... de retard de l'arbitre officiellement désigné ! Autre temps serait-on tenté de dire mais les dirigeants nord-irlandais avaient eu à coeur de rappeler la plus belle heure de leur football et la seule élimination de l'Italie en éliminatoires d'une Coupe du monde en invitant dans les tribunes du Windsor Park cinq des auteurs de l'exploit... Et l'Italie, après avoir souffert en Estonie (menée 1-0 à la pause pour finalement s'imposer 2-1 grâce à un Cassano en costume de sauveur), semblait effectivement craindre son deuxième déplacement dans ces éliminatoires de l'Euro 2012. Cesare Prandelli, en quête de certitudes, range alors son opération jeunesse en alignant six titulaires de la dernière Coupe du monde. Mauri, en tête de la Serie A avec la Lazio, incarne la seule surprise du haut de ses six sélections dont la dernière remontait à 2007. Bien peu d'entrain, aucune créativité... Avec une charnière quasi inchangée, seul Criscito retentant sa chance à gauche, l'Italie prend la mesure d'un match arbitré par le Français Tony Chapron... Tout en se montrant bien maladroit à l'approche des 30 derniers mètres. Cassano a beau décrocher, prendre le couloir droit, les actions se font bien minces sur le but de Taylor. Et, dans un étrange rappel de 1958, l'Italie dominatrice se fait surprendre en contre. Laissé incroyablement seul par Bonucci, le grand échalas Healy reprend de la tête face au but... sans trouver le cadre (29e)! Dans la minute qui suit, Cassano lance Borriello dans la surface qui écrase complètement sa frappe face à Taylor. Un gâchis énorme que le nouveau joueur de la Roma n'allait pas finir de regretter. Le tout pour les deux seules occasions de la première période au grand dam d'une Green and White Army légitimement endormie dans les travées. Monopolisant le ballon face à un adversaire fermant bien le jeu et attendant la moindre occasion de contre, la Squadra Azzurra peine et s'en remet encore à Cassano. Mais la tête plongeante de l'attaquant de la Sampdoria est sortie d'une belle claquette par Taylor (72e minute). Sans idées ni génie, cette Squadra manque pourtant d'enfin forcer le verrou nord-irlandais mais Pazzini, entré à la place de Borriello ne cadre pas sa tête piquée au second poteau (85e minute). C'est même l'Irlande du Nord qui manque de faire revivre l'histoire dans les derniers instants sur un contre bien mené. Sur une passe totalement manquée de Chiellini, Davis en profite pour lancer McGinn qui lui remet. Le milieu des Glasgow Rangers entre dans la surface puis tente de tromper Viviano, qui réussit son seul arrêt du match. Sans inspiration, la Squadra Azzurra concède donc ses premiers points mais conserve la tête du groupe C... Le seul enseignement du jour au terme d'une prestation soporifique.