L'Irlande encore en rodage

  • A
  • A
L'Irlande encore en rodage
Partagez sur :

Malgré une série désastreuse en matches de préparation, l'Irlande a renoué avec la victoire au bon moment en dominant les Etats-Unis (22-10), dimanche, pour son entrée en lice dans cette Coupe du monde 2011. Mais le XV du Trèfle reste très perfectible, à une semaine de son duel face au leader de la poule, l'Australie.

Malgré une série désastreuse en matches de préparation, l'Irlande a renoué avec la victoire au bon moment en dominant les Etats-Unis (22-10), dimanche, pour son entrée en lice dans cette Coupe du monde 2011. Mais le XV du Trèfle reste très perfectible, à une semaine de son duel face au leader de la poule, l'Australie. "Nous n'avons pas bien joué. Nous avons dû nous battre pour l'emporter. Nous n'avons jamais pu faire preuve de continuité et nous nous sommes relâchés". Brian O'Driscoll, le centre extérieur et capitaine de l'Irlande, ne jubilait pas vraiment au micro de la BBC malgré la victoire des siens face aux Etats-Unis (22-10), dimanche. Et pour cause. Certes, le XV du Trèfle a bien négocié son entrée dans la compétition, après quatre défaites en autant de matches de préparation. Mais les lacunes sont encore là. En témoignent les pénalités manquées par Jonathan Sexton (4e, 11e) avant, finalement, de faire mouche (3-0, 17e). Ou ce petit relâchement en début de seconde période, lorsque l'Américain James Paterson passait une pénalité pour réduire l'écart et remettre les siens sur de bons rails (10-3, 54e). Il aura fallu deux essais de Rory Best (15-3, 56e) et Tommy Bowe (20-3, 60e) pour mettre les Irlandais à l'abri, notamment de cet essai - le seul pour les USA - de Paul Emerick dans le temps additionnel (22-8, 80e+1). Insuffisant toutefois pour décrocher le bonus offensif, avant de se mesurer au leader de la poule, l'Australie, samedi prochain, à Auckland. "Mais c'est bien d'avoir 80 minutes dans les jambes, notait O'Driscoll. Nous allons pouvoir travailler sur les mauvais aspects de notre jeu durant cette semaine." Et il y a du boulot...