L'Inter se relance

  • A
  • A
L'Inter se relance
Partagez sur :

Battu par Trabzonspor (0-1) il y a deux semaines, l'Inter Milan s'est parfaitement relancé dans la course aux huitièmes de finale en s'imposant sur la pelouse du CSKA Moscou (2-3), mardi, à l'occasion de la 2e journée de la Ligue des champions. Alors que les Russes avaient de nouveau remonté un handicap de deux buts, c'est Zarate, entré en cours de jeu, qui a offert un deuxième succès en deux matches à Claudio Ranieri.

Battu par Trabzonspor (0-1) il y a deux semaines, l'Inter Milan s'est parfaitement relancé dans la course aux huitièmes de finale en s'imposant sur la pelouse du CSKA Moscou (2-3), mardi, à l'occasion de la 2e journée de la Ligue des champions. Alors que les Russes avaient de nouveau remonté un handicap de deux buts, c'est Zarate, entré en cours de jeu, qui a offert un deuxième succès en deux matches à Claudio Ranieri. Petit à petit, l'Inter de Ranieri fait son nid. Après avoir décroché samedi leur premier succès de la saison à Bologne (1-3), deux jours après l'arrivée de l'ancien entraîneur de Valence et Chelsea, les Nerazzurri ont ouvert le compteur en Ligue des champions. Battus par Trabzonspor il y a deux semaines à San Siro, les coéquipiers de Javier Zanetti sont allés se rattraper en l'emportant sur la pelouse du CSKA Moscou (2-3), mardi soir. Lille en a la confirmation, le vainqueur de l'édition 2009-2010 est plus que jamais dans la course aux huitièmes de finale. Gianpaolo Pazzini, lui, n'en avait jamais douté. En panne de réussite sous la courte ère Gasperini, l'ancien serial buteur de la Sampdoria est le symbole de cet Inter qui revit. Avant la rencontre, il avait assuré que son équipe retrouverait toute son "agressivité" en Russie. Sous les coups de boutoir de son n°7, l'Inter a en effet démarré très fort. Sur un corner obtenu par Pazzini, c'est Lucio, profitant d'une mauvaise sortie de Gabulov, qui marque dans le but vide (0-1, 6e). La maîtrise est moscovite, mais pas les occasions. Après deux alertes signées Obi (10e) et Milito (14e), l'inévitable Pazzini double la mise, grâce à un excellent travail du remuant Nagatomo (0-2, 23e). K. O. le CSKA ? Pas du tout. Comme à Lille (2-2) lors de la première journée, les Russes auront attendu d'être menés de deux buts pour se montrer dangereux. Et comme face aux Dogues, ils auront trouvé le moyen de revenir. Alors que Doumbia avait trouvé le poteau un peu plus tôt (31e), Dzagoev, d'un coup franc lumineux sous la barre de Julio César, permet à son équipe d'y croire à nouveau (1-2, 45e +3). Le CSKA est relancé, et après une nouvelle frappe de Dzagoev (62e), c'est Vagner Love qui profite de l'apathie de la défense italienne. Sous le regard impuissant de Zanetti, le Brésilien crochète Lucio, et égalise d'une frappe puissante au premier poteau (2-2, 78e). L'Inter a essayé de gérer, mais l'Inter a trop joué avec le feu. Heureusement, les Nerazzurri auront pu compter sur le talent de leur seul remplaçant d'envergure internationale aujourd'hui, Mauro Zarate. Entré en jeu en début de seconde période, à la place de Pazzini blessé, l'ancien Laziale, après avoir buté deux fois sur Gabulov (57e, 63e), remet son équipe dans le sens de la marche, d'un bel enchaînement contrôle poitrine et reprise du gauche (2-3, 79e). Ce coup-ci, le CSKA a son compte...