L'Inter se régale

  • A
  • A
L'Inter se régale
Partagez sur :

L'Inter Milan s'est définitivement relancée dans la course au titre, dimanche, en venant à bout de l'AS Roma en clôture de la 24e journée de Serie A (5-3). Une victoire acquise grâce à un Eto'o des grands soirs, qui permet aux Intéristes de grimper sur le podium et de revenir à cinq points de son rival milanais, qui n'a pu faire mieux qu'un match nul face au Genoa (1-1).

L'Inter Milan s'est définitivement relancée dans la course au titre, dimanche, en venant à bout de l'AS Roma en clôture de la 24e journée de Serie A (5-3). Une victoire acquise grâce à un Eto'o des grands soirs, qui permet aux Intéristes de grimper sur le podium et de revenir à cinq points de son rival milanais, qui n'a pu faire mieux qu'un match nul face au Genoa (1-1). Pas sûr que José Mourinho ait allumé la télévision ce dimanche soir, mais si l'entraîneur portugais l'a fait, il n'a sûrement pas reconnu l'équipe qu'il entraînait l'an passé. Au terme d'une rencontre totalement débridée, l'Inter de Leonardo a en effet ravi son public en s'imposant face à l'AS Roma (5-3). Une victoire qui, en plus de contenter les spectateurs, si tant est qu'ils aiment le jeu offensif à outrance et les défenses pas trop attentives, permet au club milanais de remonter sur le podium. Mais cette troisième place s'accompagne surtout d'un retour aux basques du leader, puisque l'AC Milan pointe désormais à cinq points, avec un match en plus. Huit buts au final, un score qui aurait parfaitement trouvé sa place en Premier League ce week-end. Et le feu d'artifice a démarré dès le coup d'envoi, puisque Sneijder n'a pas tardé à ouvrir le score après un centre de Maicon (3e). Mais le grand bonhomme de ce match se nomme Samuel Eto'o. Le Camerounais, sur un nuage, a signé une performance de haut vol avec deux buts (35e, 63e), avant d'offrir le quatrième à Motta (71e) et d'être à l'origine du cinquième, inscrit par Cambiasso (90e). Il serait également injuste de ne pas noter la belle partition de Julio Cesar, malgré les trois buts encaissés au final. Du côté de la Roma, la défaite apparaît comme un coup d'arrêt après cinq matches sans défaite. Pourtant, les Romains ont souvent mis en difficulté la brinquebalante charnière intériste, comme sur le premier but de Simplicio (13e). Mais à l'image d'un Ménez sur courant alternatif, les enfants de la Louve ne vont réagir qu'une fois réduits à dix, après l'expulsion de Burdisso (62e). Vucinic (76e) et Loria (81e) relançaient ainsi provisoirement le suspense. Mais avec ce revers, les hommes de Claudio Ranieri stagnent à la septième place, à dix points de l'AC Milan, et à cinq de l'Inter, virtuellement premier qualifié direct pour la Ligue des champions.