L'Inter s'en remet à la Coupe

  • A
  • A
L'Inter s'en remet à la Coupe
Partagez sur :

Dépossédée de ses titres de champion d'Europe et d'Italie, l'Inter Milan n'a plus que la Coupe d'Italie pour espérer décrocher un trophée cette saison. Vainqueurs sur le terrain de la Roma en demi-finale aller (1-0), les hommes de Leonardo ont tenu le nul (1-1), mercredi à Giuseppe-Meazza, Marco Borriello ayant répondu à l'ouverture du score de Samuel Eto'o. Les Nerazzurri affronteront Palerme en finale.

Dépossédée de ses titres de champion d'Europe et d'Italie, l'Inter Milan n'a plus que la Coupe d'Italie pour espérer décrocher un trophée cette saison. Vainqueurs sur le terrain de la Roma en demi-finale aller (1-0), les hommes de Leonardo ont tenu le nul (1-1), mercredi à Giuseppe-Meazza, Marco Borriello ayant répondu à l'ouverture du score de Samuel Eto'o. Les Nerazzurri affronteront Palerme en finale. Alors certes, une victoire en finale de la Coupe d'Italie a beaucoup moins de saveur qu'un titre de champion d'Italie ou qu'un succès en finale de la Ligue des champions, mais l'Inter Milan n'a plus vraiment le choix. Auteurs d'un triplé historique la saison dernière, les Nerazzurri ont été sèchement évincés de la scène européenne par Schalke 04 en quarts de finale (7-3 sur l'ensemble des deux matches), avant de laisser filer le scudetto dans les mains de leurs ennemis jurés de l'AC Milan. Du coup, les hommes de Leonardo, qui a pris la relève de Rafa Benitez cet hiver, n'avaient plus que la coupe nationale, qu'ils ont déjà remporté à six reprises, pour sauver ce qui pouvait encore à l'être à l'issue d'une saison particulièrement laborieuse. Tombeur du Genoa et du Napoli lors des tours précédents, le club lombard devait faire face dans le dernier carré à la Roma, autre équipe en souffrance de l'autre côté des Alpes. C'est aussi la septième fois en six ans que les deux clubs se retrouvaient dans la compétition, après s'être affrontés lors de cinq des six dernières finales ! Victorieux à l'aller au Stadio Olimpico (1-0), grâce à une réalisation extraordinaire de Dejan Stankovic, auteur d'une demi-volée de l'extérieur du pied droit, les Nerazzurri s'étaient grandement facilités la tâche avant le match retour prévu ce mercredi à Giuseppe-Meazza. Lors d'une première période particulièrement fermée, les deux équipes ne se distinguent que par des frappes de loin, de Maicon (2e) pour l'Inter et Borriello (10e), ainsi que De Rossi côté Romain (13e et 19e), mais qui ne font qu'effleurer le cadre. De retour des vestiaires, les intentions sont plus franches et Eto'o profite d'un centre de Mariga venu de la droite et dévié par Perrotta pour tromper Doni d'un tir du plat du pied (1-0, 58e). Borriello s'est démené L'addition devient lourde pour les Giallorossi sur l'ensemble des deux matches, mais les hommes de Vincenzo Montella, lui aussi nommé en cours de saison à la place de Claudio Ranieri, ne se découragent pas, à l'image de Borriello, qui, après avoir chauffé une première fois les gants de Julio Cesar (68e), déclenche une frappe au sol qui heurte les deux poteaux avant de ressortir (76e). L'attaquant romain n'était pourtant pas maudit en cette soirée et trouve enfin l'ouverture grâce à une tête croisée, consécutive à un corner de Perrotta (1-1, 84e). Malgré une fin de match tendue, les Intéristes tiennent ce résultat nul et donc leur billet pour leur treizième finale au cours de laquelle ils rencontreront Palerme, le 29 mai prochain. Mardi, le club sicilien a privé l'AC Milan du doublé Coupe-Championnat. Auteur d'un nul à l'aller à San Siro (2-2), les hommes de Delio Rossi se sont offerts une victoire de prestige face aux Rossoneri, grâce à un but de Migliaccio (63e) et un penalty de Bovo (73e), malgré la réduction du score dans les arrêts de jeu d'Ibrahimovic, lui aussi auteur d'un penalty. Finalistes de l'épreuve en 1974 et 1979, les Rosaneri disputeront ainsi leur troisième finale en espérant enfin décrocher un titre.