L'Inter n'y arrive pas

  • A
  • A
L'Inter n'y arrive pas
Partagez sur :

L'Inter Milan est en train de toucher ses limites. Comme face à Naples (0-3), ou face à la Juventus (1-2), les Nerazzurri se sont inclinés à domicile contre un cador de Serie A, l'Udinese (0-1). Un petit but du Chilien Isla, à la 71e minute, maintient les hommes de Claudio Ranieri dans les bas-fonds du classement, à 13 points de la tête du classement.

L'Inter Milan est en train de toucher ses limites. Comme face à Naples (0-3), ou face à la Juventus (1-2), les Nerazzurri se sont inclinés à domicile contre un cador de Serie A, l'Udinese (0-1). Un petit but du Chilien Isla, à la 71e minute, maintient les hommes de Claudio Ranieri dans les bas-fonds du classement, à 13 points de la tête du classement. Si l'équipe lui avait "beaucoup plu" lors de la victoire aux forceps à Sienne (0-1), le week-end dernier, Claudio Ranieri, l'entraîneur des Nerazzurri, devrait être beaucoup moins satisfait de la prestation des siens à domicile face à l'Udinese (0-1), samedi, en ouverture de la 14e journée de Serie A. Après deux succès consécutifs en championnat et quatre toutes compétitions confondues, les coéquipiers de Giampaolo Pazzini sont retombés dans leurs travers face à une formation d'un autre calibre que Cagliari, Trabzonspor ou Sienne. L'Udinese n'est pas co-leader de Serie A avec l'AC Milan (en attendant le résultat de la Juventus Turin, dimanche) pour rien. Et les hommes de Francesco Guidolin l'ont prouvé à Giuseppe-Meazza. Bien en place défensivement en première période, avec pour seule alerte une incursion de Thiago Motta au terme d'un une-deux avec Diego Milito achevée par une frappe trop molle du Brésilien (30e), Udine partait à l'attaque en seconde période, sur un contre emmené par Antonio Floro Flores qui remontait toute la moitié de terrain adverse avant de se présenter devant le but et de... transmettre à Antonio Di Natale, en position de hors-jeu et repris par un excellent Julio Cesar (69e). S'il ne pouvait rien faire sur la frappe de Mauricio Isla (73e, 0-1), le portier auriverde limitait la casse lorsque Javier Zanetti fauchait Kwadwo Asamoah et concédait un penalty (85e). Preuve que rien ne va plus à l'Inter, le "Capitano", modèle de fair play jamais averti en 548 matches de Serie A, voyait rouge. Pas Julio Cesar, qui plongeait du bon côté pour détourner le penalty d'Antonio Di Natale (86e). Un break manqué qui aurait pu coûter très cher aux Bianconeri. Dans la foulée, Damiano Ferronetti (expulsé quelques instants plus tard pour protestation) commettait une faute sur Diego Milito au point de penalty et offrait l'occasion d'égaliser aux locaux. Sauf qu'à l'instar d'un John Terry en finale de Ligue des champions contre Manchester United ou d'un Zinedine Zidane en match amical contre la Chine, Giampaolo Pazzini gratifiait le stade d'une belle glissade... et ratait son penalty. Symbole d'un Inter 15e, à quatre points de la zone rouge et parfois même proche du ridicule, à qui rien ne sourit.