L'Inter en fanfare

  • A
  • A
L'Inter en fanfare
Partagez sur :

L'Inter Milan n'a pas manqué la marche vers la finale de la Coupe du monde des clubs, ce mercredi à Abu Dhabi, en venant à bout du club sud-coréen de Seongnam Ilhwa (3-0). Stankovic dès l'entame, Zanetti et Milito ont assuré le succès du club italien qui rejoint donc le surprenant Tout Puissant Mazembe, vainqueur du club brésilien de l'Internacional. Le club de Benitez n'est plus qu'à une marche du sacre.

L'Inter Milan n'a pas manqué la marche vers la finale de la Coupe du monde des clubs, ce mercredi à Abu Dhabi, en venant à bout du club sud-coréen de Seongnam Ilhwa (3-0). Stankovic dès l'entame, Zanetti et Milito ont assuré le succès du club italien qui rejoint donc le surprenant Tout Puissant Mazembe, vainqueur du club brésilien de l'Internacional. Le club de Benitez n'est plus qu'à une marche du sacre. L'Inter s'est évité le même mauvais sort que l'Internacional ! Au lendemain de l'énorme surprise qu'a constituée l'élimination de la formation brésilienne de Porto Alegre face au Congolais du Tout Puissant Mazembe (2-0), l'Inter a fait respecter la hiérarchie mercredi, dominant sans coup férir la formation sud-coréenne de Seongnam sur le score sans appel de 3-0. De suspense, il n'y en a pas eu, puisque si le match a débuté par un coup de théâtre, la blessure de Sneijder à la cuisse gauche au bout de même pas une minute de jeu, dans la minute suivante, une remise involontaire d'un Sud-Coréen dans la course de Stankovic, oublié par la défense centrale de Seongnam, a permis au Serbe de tromper Jung d'un intérieur du pied gauche. L'essentiel est alors fait pour le champion d'Europe qui met une demi-heure pour se mettre à l'abri d'une mauvaise surprise avec un but 100% argentin: Zanetti remonte tout le terrain, sollicite le une-deux avec le héros de la finale de la Ligue des champions, Milito, aligné dès le coup d'envoi alors qu'il n'avait plus joué depuis le 14 novembre à cause d'un claquage, et trompe le portier adverse d'une frappe du gauche (33e). A la pause, l'affaire est pliée, et si les Sud-Coréens offrent quelques répliques, c'est bien l'Inter qui reste maître du jeu et finit par enfoncer le clou à un peu plus d'un quart d'heure de la fin, Milito signant pour de bon son retour en suivant, tel un renard, une frappe d'Eto'o repoussée par Jung (73e). Sans surprise, l'Inter Milan jouera donc samedi la finale de la Coupe du monde des clubs, un sursis bienvenu pour un Rafel Benitez qui a débarqué aux Emirats Arabes Unis avec une très forte pression mise sur ses épaules par son président Massimo Morrati, particulièrement mécontent de voir les quintuples champions d'Italie se traîner à une infamante septième place en Serie A, à 13 points du rival, l'AC Milan ! Reste que pour faire taire, au moins momentanément, la colère présidentielle, il faudra mettre un terme samedi à la formidable épopée du Tout Puissant Mazembe, l'Inter est prévenu...