L'indispensable David Villa

  • A
  • A
L'indispensable David Villa
@ Reuters
Partagez sur :

CM 2010 - L'Espagne comptera de nouveau sur son joueur clé face à l'Allemagne en demies.

CM 2010 - L'Espagne comptera de nouveau sur son joueur clé face à l'Allemagne en demies. L'Espagne lui doit cinq de ses six buts inscrits jusque là dans la Coupe du monde 2010. A la veille d'affronter une redoutable et redoutée sélection allemande en demi-finale, la Furia Roja est bien forcée d'admettre sa Villa-dépendance dans ce Mondial. Moins flamboyante que lors de son triomphe européen en 2008, la formation ibérique a pris l'habitude de malmener les nerfs de ses supporters depuis son arrivée en Afrique du Sud. Un scénario qui s'est répété lors du tour précédent où, face au Paraguay (1-0), les hommes de Vicente Del Bosque auront dû patienter jusque dans les dernières minutes pour inscrire le seul et unique but qui les aura expédier, pour la première fois de leur histoire, dans le dernier carré d'une Coupe du monde. Derrière cette réalisation providentielle, comme face au Portugal en huitièmes de finale (1-0) : David Villa. Depuis le début de la phase de poules jusqu'aux quarts de finale, le neo-Barcelonanis n'aura manqué son rendez-vous face au but qu'à une seule reprise, lors de l'entrée en lice des Espagnols face à la Suisse (0-1). Une performance qui lui a valu de s'emparer du statut de meilleur buteur du Mondial après la victoire face à l'Albiceleste (5 réalisations devant l'Allemand Miroslav Klose auteur de 4 buts). "Le titre de meilleur buteur ? C'est le cadet de mes soucis, confie l'ancien attaquant de Valence. "Il faut d'abord passer en finale, que ce soit moi qui marque ou d'autres, poursuit l'international espagnol, je suis content de marquer autant de buts, mais surtout content parce qu'ils font gagner l'équipe. Mon objectif, c'est d'aller en finale. Le reste est secondaire". Pour ses coéquipiers, la pugnacité d'un David Villa en confiance vaut de l'or. "Quand un attaquant est chaud, il met tout dedans, souligne Pique, "le match contre le Paraguay en a fourni un exemple parfait. Le ballon a touché les deux poteaux. Avec un autre joueur, ce serait sorti, mais avec David, ça finit dedans". Capable de jouer dans l'axe comme à gauche, l'attaquant ibérique, déjà meilleur buteur lors de l'Euro 2008 (4 buts), n'a cessé de prendre de l'importance au sein de la Furia Roja reléguant dans l'ombre un Fernando Torres à court de forme. Au point d'être proche de briser un nouveau record. Avec 43 réalisations en 63 sélections, David Villa n'est plus qu'à une petit longueur des 44 buts de Raul, meilleur buteur espagnol en... 102 sélections. De quoi forcer l'admiration de la concurrence. "Il est très adroit, aussi bon du gauche que du droit, il a vraiment beaucoup de qualités, juge Miroslav Klose, c'est un joueur comme Messi et il va falloir que toute l'équipe travaille ensemble pour le museler, car en un-contre-un, ce sera très difficile". Mercredi face à la Mannschaft (20H30), l'Espagne s'en remettra-t-elle de nouveau aux exploits de son buteur fétiche.