L'exploit de Quevilly !

  • A
  • A
L'exploit de Quevilly !
@ Ouest-France
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - Le club de CFA a éliminé Rennes (1-0), en huitièmes de finale.

COUPE DE FRANCE - Le club de CFA a éliminé Rennes (1-0), en huitièmes de finale. Quevilly, club amateur de CFA, a battu mardi soir Rennes, l'équipe qui quatre jours plus tôt avait mis au tapis le champion de France Bordeaux (4-2), lors de la 23e journée de Ligue 1. La magie de la Coupe de France a encore opéré. Quevilly, ville de la banlieue rouennaise dont le budget de son club de football ne dépasse pas 1.2 million d'euros, sera le petit poucet des quarts de finale d'une épreuve qu'elle a commencée dès le quatrième tour. Et si Angers, pensionnaire de Ligue 2, restait jusque-là sa plus belle proie, les Normands ont frappé encore plus fort en accrochant à son tableau de chasse un club de Ligue 1, et pas des moindres puisque le Stade Rennais appartient au haut du tableau de l'élite française. La réaction du président de Quevilly, Michel Mallet, dans Europe 1 Foot: Au stade Robert-Diochon de Rouen, le leur n'étant pas homologué pour ce type de rencontres, les joueurs de Quevilly, classés en milieu de tableau cette saison en CFA après avoir failli monter en National l'an dernier, sont parvenus à garder leur but inviolé pour la huitième fois en autant de matches depuis le lancement de leur campagne en Coupe de France ! Leur qualification, les hommes de Régis Brouard, ancien joueur professionnel ayant porté les couleurs de Montpellier, de Nîmes, de Caen et du Red Star, ne l'ont qui plus est pas volé. Même si après avoir maîtrisé les Rennais en première période, ils ont beaucoup plus souffert après le repos. Brouard: "C'est magnifique, grandiose !" C'est en fait une minute avant la mi-temps que les Normands ont écrit leur histoire en ouvrant la marque grâce à leur capitaine Grégory Beaugrard. Le défenseur central effleurait suffisamment le ballon, consécutif à un coup franc tiré par Sébastien Vaugeois, pour tromper la vigilance de Nicolas Douchez (1-0, 44e). La suite se résuma à une résistance héroïque du club amateur face au finaliste de l'édition précédente boostée par les entrées à la pause de Jérôme Leroy et Sylvain Marveaux. Mais malgré l'outrageuse domination rennaise, les Normands vont tenir bon jusqu'à la délivrance des trois coups de sifflet de l'arbitre dans un stade rempli par 10 000 supporters en délire. "Il n'y a pas grand chose à dire. C'est magnifique, grandiose, confiait à Europe 1 l'entraîneur Régis Brouard qui a suivi l'exploit de ses joueurs depuis les tribunes en raison d'une suspension. Vous ne pouvez pas imaginer ce qui se passe dans cette équipe. Il n'y a pas de mots." Son défenseur Frédéric Weis, pas (encore) aussi connu que son homonyme basketteur, analysait la performance avant d'émettre un souhait pour le prochain tour. "On a été solidaire tous le match. On a défendu comme des chiens. (...) On a mis ce but sur coup de pied arrêté, après on a rien lâché. On est quand même en quarts de finale. Il faut en profiter et bien récupérer. Pour le tour suivant, un gros chez nous ça serait extraordinaire. Marseille ça serait bien." Pas sûr que les Marseillais, qui ont encore deux matches à gagner avant d'atteindre les quarts de finale, ont la même envie de se rendre à Quevilly dont la meilleure performance en Coupe de France demeure une finale, perdue en 1927 face à... Marseille (0-3).