L'explication finale

  • A
  • A
L'explication finale
Partagez sur :

A l'aube du premier match des finales NBA entre Miami et Dallas, la rédaction fait le point sur les forces en présence. Si le Heat, qui a l'avantage du terrain, possède avec Dwyane Wade et LeBron James deux joueurs majeurs, le jeu collectif des Mavericks, portés par Dirk Nowitzki, peut faire la différence.

A l'aube du premier match des finales NBA entre Miami et Dallas, la rédaction fait le point sur les forces en présence. Si le Heat, qui a l'avantage du terrain, possède avec Dwyane Wade et LeBron James deux joueurs majeurs, le jeu collectif des Mavericks, portés par Dirk Nowitzki, peut faire la différence. Meneurs: Avantage Dallas A la mène, ces finales NBA offriront un duel de vieux briscards. Avec, côté Miami, un Mike Bibby plus tout à fait aussi décisif qu'il y a deux ans et très peu en réussite dans ces playoffs NBA (3,6 points de moyenne à 26,3% en 21,9 minutes) et, côté Dallas, un Jason Kidd toujours précieux dans l'organisation du jeu des Mavericks (9,9 points, 7,7 passes en 34,7 minutes par match depuis le début des phases finales). L'expérience du stratège texan, finaliste en 2002 et 2003 avec les New Jersey Nets, est aussi à prendre en compte dans la gestion d'un tel événement. Arrières-ailiers: Avantage Miami Si le Heat a un point fort, c'est évidemment sur les postes extérieurs. A l'arrière, Dwyane Wade est une référence et n'hésitera pas à prendre le match à son compte s'il le faut. Et son leadership n'empêche pas LeBron James de s'exprimer, loin de là même. A eux deux, ils peuvent rendre folle n'importe quelle défense. Celle des Mavs est donc prévenue. DeShawn Stevenson et Shawn Marion vont avoir un boulot monstre pour limiter l'influence des "Amigos", qui comptent offrir à la franchise floridienne sa deuxième bague. Ce serait la première pour un "King James" en quête de reconnaissance. Intérieurs: Avantage Dallas Troisième membre du trident infernal du Heat, Chris Bosh aura un rôle important à jouer. Face aux Bulls, en finale de la conférence Est (4-1), il est sorti de sa boîte au bon moment. Mais arrivera-t-il à contenir un Dirk Nowitzki en état de grâce ? L'ailier allemand est sur une autre planète dans ces playoffs et la confiance accumulée contre les Los Angeles Lakers puis le Oklahoma City Thunder lui donne encore une autre envergure. Au poste cinq, Miami devrait également souffrir puisque le pivot des Mavericks, Tyson Chandler, a les qualités pour gêner Joel Anthony ou Udonis Haslem. Banc de touche: Avantage Dallas On a assez reproché au Heat de ne tourner qu'autour de son "Big Three" pour aujourd'hui vanter les mérites de ses remplaçants. Si Mike Miller et James Jones sont capables d'apporter quelques points, voire plus dans un bon jour, les rotations floridiennes apparaissent tout de même très limitées par rapport à celles des Mavs. Car avec Jason Terry, Peja Stojakovic ou encore J.J. Barea, le coach texan Rick Carlisle ne manque pas de solutions, aussi bien pour arroser à trois points que pour provoquer. Pour peu que l'adresse soit au rendez-vous, Dallas a un vrai coup à jouer. L'avis de la rédaction: Miami 4-2 Ce n'est pas la première fois que, sur le papier, le Heat semble moins complet que son adversaire. Mais ni les Boston Celtics, ni les Chicago Bulls n'ont su trouver la clé pour cadenasser les trois All-Star de Miami, Dwyane Wade, LeBron James et Chris Bosh. Les Mavericks y sont parvenus deux fois en saison régulière. Leur jeu collectif peut d'ailleurs à nouveau poser des problèmes à Miami. Et Dirk Nowitzki, qui a gardé en travers de la gorge le scénario des finales 2006, sera revanchard. Mais les joueurs d'Erik Spoelstra, qui auront l'avantage du terrain, ont jusque-là été si impressionnants qu'il n'y a pas de raison pour que ça change.