L'Espagne sortie par la Serbie

  • A
  • A
L'Espagne sortie par la Serbie
@ Reuters
Partagez sur :

BASKET - Le champion du monde est tombé face à une magnifique Serbie (92-89).

BASKET - Le champion du monde est tombé face à une magnifique Serbie (92-89). Après le huitième de finale Argentine-Brésil lundi soir, le championnat du monde 2010 s'est offert un autre match d'anthologie avec le premier quart de finale, mercredi, entre la Serbie et l'Espagne, revanche de la dernière finale du Championnat d'Europe, que Pau Gasol et ses coéquipiers avaient nettement dominée (85-62). Mais, cette fois, on a rapidement compris que l'affaire se jouerait en toute fin de match, sur les dernières possessions. De fait, cela s'est joué sur la toute dernière possession. Pau Gasol au bord du terrain, un casque de commentateur sur la tête, le "clutch player" était du côté serbe. Son nom : Milos Teodosic, MVP de la dernière édition de l'Euroligue. Alors que les deux équipes étaient à égalité (89-89) avec 25 secondes à jouer, le joueur de l'Olympiakos s'est saisi du ballon et a attendu les dernières secondes de la possession pour dégainer un trois points depuis les 9 mètres. Ficelle pour sa deuxième réussite seulement sur huit tentatives ! L'Espagne, qui n'avait plus été éliminée avant les demi-finales d'un grand tournoi depuis 2004, est à terre. Quinze paniers à trois points pour les Serbes Malgré l'absence de Pau Gasol, ce n'est pas une Espagne au rabais que les Serbes ont battue. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le salut serbe est venu de derrière la ligne à trois points. Car c'est grâce aux tirs longue distance que les Serbes ont fait la différence. Le chef-d'oeuvre de Teodosic était la 15e réussite des Serbes - dont cinq pour le seul Marko Keselj -, sur 30 tentatives, quand les Espagnols n'ont tiré qu'à 38% (10/26) derière la ligne des 6,25 m. La précision chirurgicale en début de match de Novica Velickovic (3/5 à 3 pts) et de Nemanja Bjelica (3/3) a permis à la Serbie de prendre rapidement dix points d'avance (23-13, 8e). Imposant son tempo, assez lent, au match, la Serbie maîtrisa encore les débats dans le deuxième quart-temps (22-18) face à une équipe espagnole trop maladroite (16 pertes de balle). Navarro au rendez-vous, Rubio trop tendre Menés de huit points à la pause (49-41), les Espagnols sont revenus dans la partie grâce à la réussite de Jorge Garajosa, auteur d'un 4/6 à trois points et à la volonté de Juan Carlos Navarro, au four et au moulin (27 unités, dont 4/7 à trois points). Mais toutes les stars espagnoles n'ont pas été au rendez-vous et la Roja a souffert d'un Ricky Rubio trop discret et handicapé par les fautes, tandis que son vis-à-vis Teodosic distribuait les caviars (8 passes décisives). Les Serbes, rarement distancés dans cette partie, abrordèrent les dernières minutes avec une petite marge, grâce notamment à un trois points de Dusko Savanovic (86-78, 36e). Mais Navarro, encore lui, remit les siens en selle grâce à un trois points et à une passe magnifique pour Marc Gasol. Saoulés par la droite de Teodosic, les Espagnols ont eu une dernière possession pour l'emporter. Mais Garajosa laissa échapper la balle quand les Serbes, eux, purent laisser éclater leur joie. Ils affronteront en demi-finales la Turquie qui a surclassé la Slovénie (95-68).