L'Espagne s'est fait peur

  • A
  • A
L'Espagne s'est fait peur
Partagez sur :

L'Espagne a dû s'employer pour venir à bout de l'Ecosse (3-2), mardi à Glasgow, lors des éliminatoires de l'Euro 2012. Après avoir mené de deux buts, les hommes de Del Bosque ont été rejoints au score avant que Fernando Llorente, tout juste entré en jeu et déjà auteur d'un doublé vendredi face à la Lituanie (3-1), ne donne la victoire à la Furia Roja, qui conserve la tête du groupe I.

L'Espagne a dû s'employer pour venir à bout de l'Ecosse (3-2), mardi à Glasgow, lors des éliminatoires de l'Euro 2012. Après avoir mené de deux buts, les hommes de Del Bosque ont été rejoints au score avant que Fernando Llorente, tout juste entré en jeu et déjà auteur d'un doublé vendredi face à la Lituanie (3-1), ne donne la victoire à la Furia Roja, qui conserve la tête du groupe I. L'homme en forme du côté de l'Espagne s'appelle Fernando Llorente. Auteur de deux buts de la tête vendredi face à la Lituanie (3-1), dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2012, l'attaquant de l'Athletic Bilbao a de nouveau été décisif pour la Furia Roja, en inscrivant le but de la victoire face à l'Ecosse (3-2), mardi à l'Hampden Park de Glasgow, alors qu'il était remplaçant au coup d'envoi. Pour ce déplacement, Vicente Del Bosque avait en effet préféré renforcer son milieu de terrain avec le retour dans le onze de départ de Xabi Alonso, forfait à Salamanque vendredi en raison d'une angine. Face à la maîtrise technique et la vitesse des champions du monde, les Ecossais sont rapidement mis en difficulté. Mais ni David Villa (14e), ni David Silva (16e) ne parviennent à trouver l'ouverture. Les locaux se montrent aussi dangereux en contre, mais Joan Capdevila et Iker Casillas s'y mettent à deux pour intervenir face à Darren Fletcher (20e). Malgré cette petite alerte, les hommes de Del Bosque maîtrisent complètement la rencontre et manquent de peu l'ouverture du score sur une tête de Sergio Ramos, qui passe juste au-dessus (26e). Malheureux sur ce coup, le joueur du Real Madrid sera toutefois quelques minutes plus tard à l'origine de l'ouverture du score. Auteur d'une frappe en demi-volée dans la surface, consécutive à un très bon centre de Capdevila, le Merengue provoque la main dans la surface de Steven Whittaker. David Villa transforme le penalty, même si Allan McGregor dévie légèrement le cuir (1-0, 44e). L'Ecosse enflamme le match Un but juste avant le repos difficile à encaisser pour les troupes de Craig Levein qui reculent de plus en plus au retour des vestiaires. Le portier des Glasgow Rangers est toutefois là pour détourner d'une main ferme un bel enchaînement contrôle de la poitrine-reprise en demi-volée de David Silva (51e). Déjà buteur face à la Lituanie, le joueur de Manchester City est impliqué sur le deuxième but des siens. Servi sur le côté gauche par Xabi Alonso, l'ancien du FC Valence centre en retrait pour Villa dont le tir est repoussé par un défenseur. Andres Iniesta a bien suivi et trompe McGregor de l'entrée de la surface (2-0, 55e). Paradoxalement, ce deuxième but provoque la réaction des Ecossais. Kenny Miller déborde côté droit et centre pour Steven Naismith qui bat Casillas d'une superbe tête plongeante (2-1, 58e). Poussés par leur public, les locaux sont désormais déchaînés et parviennent à égaliser. Sur un centre venu de la droite de Miller, Gerard Piqué dévie au premier poteau dans son propre but (2-2, 66e). Pas de quoi pour autant affoler la Furia Roja qui met de nouveau le pied sur le ballon et parvient à reprendre l'avantage grâce à son nouvel héros, Fernando Llorente. Trois minutes après son entrée en jeu à la place de Silva, le buteur de l'Athletic Bilbao est à la réception d'un bon centre de Capdevila pour inscrire une nouvelle fois de la tête son septième but en douze sélections (3-2, 79e). Malgré le deuxième carton jaune récolté par Whittaker pour un tacle dangereux sur Ramos (90e), plus aucun but n'est marqué. Avec ce nouveau succès, l'Espagne a ainsi fait le plein lors de ses trois premiers matches des éliminatoires de l'Euro 2012 et occupe logiquement la tête du groupe I, avec trois longueurs d'avance sur la République tchèque, victorieuse un peu plus tôt du Liechtenstein (2-0) et que la Roja rencontrera lors de son prochain match officiel, prévu le 3 mars 2011.