L'Espagne repart dans le bon sens

  • A
  • A
L'Espagne repart dans le bon sens
@ Reuters
Partagez sur :

CM 2010 - L'Espagne s'est rassurée en battant le Honduras (2-0).

CM 2010 - L'Espagne s'est rassurée en battant le Honduras (2-0).La thèse de l'accident a pris de l'ampleur lundi soir au Ellis Park Stadium. Accidentel, le revers espagnol face à la Suisse (0-1) en ouverture de ce Groupe H l'était vraisemblablement. Et si on n'a peut-être pas encore vu la grande Espagne face à Honduras (2-0), la victoire était bien le seul objectif des hommes de Vicente Del Bosque, qui ont fait le métier à Johannesburg. Les voilà désormais – pour un but - à la deuxième place de la poule devant la Suisse et à trois longueurs des Chiliens, qu'ils devront obligatoirement battre vendredi lors de la dernière journée pour espérer voir les huitièmes de finale. Et ça sera une toute autre histoire...Car la sélection hondurienne, malgré une évidente bonne volonté et si elle n'a au final pas explosé, n'a pas pesé bien lourd contre les champions d'Europe, face à qui elle n'aura résisté qu'un gros quart d'heure. Mais elle n'est pas encore mathématiquement éliminée... La défaite contre les Suisses encore dans toutes les têtes, les Espagnols entament en tout cas cette rencontre tambour battant. Après un penalty oublié par l'arbitre pour une main de Figueros (3e), Torres, sur un centre de Villa, place une reprise trop écrasée qui n'inquiète pas Valladares (4e), avant que ce même Villa, pourtant en déséquilibre, ne trouve la barre transversale sur une frappe plongeante (5e). Le néo-barcelonais est finalement récompensé à l'issue du premier quart d'heure quand, complètement excentré sur la gauche, il repique et expédie un missile dans la lucarne gauche des Catrachos (1-0, 17e).Villa manque le tripléEt si David Villa est à la fête, ce n'est pas le cas de son partenaire d'attaque du soir. De retour dans le onze de départ, Fernando Torres manque ainsi à peu près tout ce qu'il tente, comme à la demi-heure de jeu, où il vendange tour à tour deux belles opportunités qu'il expédie dans les tribunes de la superbe enceinte de Jo'Burg, après avoir déjà manqué une belle tête (33e, 36e). Autre titulaire du soir après avoir débuté sur le banc face à la Suisse, Jesus Navas prend lui sa chance à fond. Juste après le repos, le dragster sévillan s'échappe une nouvelle fois sur l'aile droite, il centre en retrait pour Villa qui, profitant d'une déviation de Chavez, trompe Valladares pour la deuxième fois de la soirée (2-0, 51e).C'est ensuite au tour de Ramos, toujours très offensif, qui manque de creuser à l'écart à deux reprises, d'abord du pointu (52e), puis sur une volée détournée in-extremis en corner (68e). Entretemps, Villa avait lui raté un penalty obtenu par l'omniprésent Navas (62e), alors que Fabregas, entré en jeu à la place de Xavi, voyait sa tentative sauvée sur sa ligne par Chavez (66e). Villa aura bien deux nouvelles opportunités de réaliser le coup du chapeau dans cette rencontre à sens unique, mais Figueroa (83e) puis Mendoza (86e), l'empêcheront d'imiter l'Argentin Higuain, seul joueur à avoir réalisé le triplé depuis le début de la compétition. Mais "El Guaje" a certainement d'autres rêves...