L'erreur de Longo

  • A
  • A
L'erreur de Longo
Partagez sur :

Dans son édition de ce vendredi, le quotidien L'Equipe annonce que Jeannie Longo est sous le coup d'une suspension pour manquement aux règles en matière de localisation. La Française, avertie à trois reprises par l'AFLD, devrait être bientôt convoquée par la Commission de discipline de la FFC qui statuera sur son cas. Elle risque de trois mois à deux ans de suspension.

Dans son édition de ce vendredi, le quotidien L'Equipe annonce que Jeannie Longo est sous le coup d'une suspension pour manquement aux règles en matière de localisation. La Française, avertie à trois reprises par l'AFLD, devrait être bientôt convoquée par la Commission de discipline de la FFC qui statuera sur son cas. Elle risque de trois mois à deux ans de suspension. C'est un gros coup porté à Jeannie Longo. Dans son édition à paraître ce vendredi, le quotidien L'Equipe révèle que la Française risque une suspension pour défaut de localisation dans le suivi mis en place par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). A trois reprises, la multiple championne de France n'aurait pas précisé sa localisation, ce qui, dans le code antidopage, équivaut à un contrôle positif. L'AFLD aurait avertie la Grenobloise par courrier pour les deux premiers manquements avant de transmettre son dossier à la Fédération française de cyclisme (FFC) qui statuera sur le cas de Longo dans sa Commission de discipline. Les règles de localisation auxquelles les sportifs doivent se plier sont très strictes. Elles leur imposent de se localiser tous les jours, en transmettant l'agenda de leurs entraînements et de leurs déplacements via un compte créé sur le site Internet de l'AFLD. Dans le cas de Longo, elle n'aurait pas suffisamment précisé ses lieux d'entraînement à deux reprises. A chaque fois avertie par l'AFLD, elle aurait commis une troisième erreur quelques jours avant les Championnats de France en juin dernier, en ne se présentant pas à un contrôle inopiné à son hôtel aux Etats-Unis, où elle avait choisi de préparer la compétition. L'agence antidopage américaine, mandatée par l'AFLD, l'a donc signifié, ce qui a automatiquement lancé une procédure de sanction. Cette nouvelle remet en cause sa participation aux Championnats du monde à Copenhague dans quinze jours, où elle devait s'aligner dans le contre-la-montre et la course en ligne. La date de son audition devant la Commission de discipline de la FFC n'est pas encore connue. A 52 ans, Longo se trouve dans une situation bien difficile qui pourrait précipiter la fin de sa déjà très longue carrière.