L'équipe B vous salue bien

  • A
  • A
L'équipe B vous salue bien
Partagez sur :

Qualifié de XV de France au rabais en début de compétition, l'équipe de Marc Lièvremont tient sa revanche. Le sélectionneur tricolore a reconduit sans surprise dans son intégralité l'équipe victorieuse du Pays de Galles (9-8) pour affronter les All Blacks dimanche, à l'Eden Park, en finale de la Coupe du monde, ne laissant planer l'incertitude que sur la composition de son banc.

Qualifié de XV de France au rabais en début de compétition, l'équipe de Marc Lièvremont tient sa revanche. Le sélectionneur tricolore a reconduit sans surprise dans son intégralité l'équipe victorieuse du Pays de Galles (9-8) pour affronter les All Blacks dimanche, à l'Eden Park, en finale de la Coupe du monde, ne laissant planer l'incertitude que sur la composition de son banc. "On ne sait peut-être pas comment on va les battre, mais comment on va essayer de le faire... Mais je vais le garder pour mes joueurs. Il y a forcément une stratégie en place. Il faudra le prouver sur le terrain, en tout cas, il y a l'ambition de les jouer..." Face à un auditoire plus fourni que jamais - "Il y a du monde... il doit se passer quelque chose d'important en fin de semaine"-, Marc Lièvremont ne fanfaronne pas, mais le sélectionneur tricolore ne baisse pas le regard. Alors que tout un pays se prépare au sacre annoncé des All Blacks -la parade de McCaw et ses coéquipiers est déjà programmée- les Tricolores se resserrent plus que jamais sur l'objectif d'une vie et c'est en toute logique que le coach des Bleus a reconduit les vainqueurs au courage du Pays de Galles en demi-finales (9-8). Sa "bande d'éclopés", comme il l'a qualifiée en aurait donc encore sous la pédale, suffisamment en tout cas pour enchaîner un troisième match de rang dans ces phases finales et puisque l'heure n'est plus aux expérimentations, l'évidence s'imposait: "Il n'y a pas vraiment eu d'hésitation, a justifié le coach en dévoilant sans émotion apparente son dernier quinze de départ (voir par ailleurs). C'était pour moi assez clair..." La passe de trois en phases finales pour le coach des Bleus qui avait dû attendre le 44e match de son mandat face aux Gallois en demi-finale pour aligner deux fois consécutivement une même équipe. Onze titulaires du premier match Celle-là même, à peu de choses près, qui avait défrayé la chronique néo-zélandaise lorsque les Bleus s'étaient déjà frottés aux Blacks, déjà à l'Eden Park, le 24 septembre (17-37), lors de la phase de poules, et obtenu la qualification peu enviable d'"équipe B". Trois semaines plus tard et les "seconds couteaux" français sont pour l'essentiel toujours là avec onze des titulaires de ce premier match invités à participer à cette revanche. Seuls Damien Traille et Louis Picamoles ont vraiment cédé leur place respectivement à Maxime Médard et Imanol Harinordoquy, tandis qu'à l'époque, les blessures justifiaient les absences d'Alexis Palisson et de Nicolas Mas ; William Servat étant quant à lui ménagé. Les doublures, au moins pour onze d'entre elles, avaient donc de l'avenir... Comme avant le Pays de Galles, c'est sur le banc, dont la composition ne sera dévoilée que vendredi, que la part d'incertitude continuera de peser: "Je tiens à garder tout le groupe mobilisé pour ce match", avance Lièvremont qui, s'il n'a pas à déplorer de blessés, -"Je pense que le quinze annoncé sera bien présent au coup d'envoi dimanche, à 21 heures."- doit composer avec quelques bobos, qui empêchent certains de ses titulaires de s'entraîner normalement, à l'image de Julien Bonnaire (contusion lombaire), Aurélien Rougerie (épaule), Morgan Parra (cervicales), Dimitri Yachvili (cuisse) et William Servat, tous plus ou moins ménagés. Ils en auront besoin si l'on s'en tient à la description que le coach des Bleus fait de la demi-finale victorieuse des All Blacks face à l'Australie (20-6): "Une première période impressionnante de maîtrise, de puissance et d'agressivité aussi, je crois que cette équipe n'a laissé quasiment aucune chance à son adversaire du jour, en prenant le match par le bon bout." S'il est bien une certitude qui habite Lièvremont, c'est celle-ci: "Nous, on s'attend à jouer le meilleur des All Blacks !" Quant à la possibilité de les dominer avec les mêmes recettes que celles employées face aux Gallois, le coach est là catégorique: "Non, clairement, non. Donc il faudra trouver autre chose." Le XV de départ: Médard - Clerc, Rougerie, Mermoz, Palisson - (o) Parra, (m) Yachvili - Bonnaire, Harinordoquy, Dusautoir (Cap.) - Nallet, Papé - Mas, Servat, Poux. Remplaçants: (à définir).