L'Elan a les crocs

  • A
  • A
L'Elan a les crocs
Partagez sur :

Après Nancy le mois dernier, Chalon-sur-Saône se frotte samedi soir, lors de la 24e journée de Pro A, à un autre sérieux candidat au titre, Gravelines-Dunkerque. Avec la même réussite ? En cas de succès, l'Elan prendrait une bonne option sur la deuxième place, synonyme d'avantage du terrain jusqu'à Bercy. Et se vengerait aussi de la finale des As, perdue contre le BCM...

Après Nancy le mois dernier, Chalon-sur-Saône se frotte samedi soir, lors de la 24e journée de Pro A, à un autre sérieux candidat au titre, Gravelines-Dunkerque. Avec la même réussite ? En cas de succès, l'Elan prendrait une bonne option sur la deuxième place, synonyme d'avantage du terrain jusqu'à Bercy. Et se vengerait aussi de la finale des As, perdue contre le BCM... Retrouver Chalon en finale de la Semaine des As, pourquoi pas. Le tournoi de mi-saison est si souvent ouvert aux surprises que celle-ci en était juste une de plus, pouvait-on croire. Mais le club bourguignon est tenace. Et terriblement régulier. Dauphin du leader choletais - grâce à un meilleur point-average que Nancy - avant d'affronter samedi soir Gravelines-Dunkerque, son bourreau aux As, l'Elan ne fait plus rire personne. Bercy, les joueurs de Gregor Beugnot sont assez armés et ont suffisamment d'appétit pour aller y faire un tour cet été. "Dans les prévisions des journaux, on n'était même pas en play-offs donc c'est sûr que ça nous motive", rappelle sur le site BasketNews.net l'arrière français Nicolas Lang. Tout le monde entend des critiques, Joffrey (Lauvergne) l'entend, JBAM l'entend, je l'entends. Toutes ces réflexions, ça nous fait avancer. Maintenant, depuis les As, on sent qu'on est plus respecté." Avec des joueurs du calibre de Blake Schilb, Marquez Haynes, Ilian Evtimov et Steed Tchicamboud, ça se comprend. Le problème de Chalon-sur-Saône, c'est qu'il est trop souvent dépendant de ses shooteurs, de vraies armes de guerre quand ils sont adroits qui peuvent se retourner contre l'équipe si rien ne rentre, comme face à Limoges (62-93). Mais à l'image de leur franc succès contre le Sluc (92-65), le week-end dernier, l'Elan a montré qu'il était en progrès à ce niveau-là. Car c'est aussi grâce à l'intensité à l'intérieur d'Alade Aminu et Michael Jean-Baptiste Adolphe que les Chalonnais l'ont largement emporté. "On revient de loin mais on joue bien, de mieux en mieux même, et on verra bien comment tout ça va se terminer en fin de saison, nous confiait récemment Marquez Haynes. Je peux vous dire que tous les joueurs qui composent notre équipe croient qu'on peut gagner le titre." Un calendrier chargé Un avis partagé par le coach, Gregor Beugnot. "On n'est pas encore morts, assure-t-il dans Le Journal de Saône-et-Loire. Cette équipe n'a jamais perdu deux fois d'affilée. Cela prouve qu'elle a de l'orgueil. Et je ne veux pas lui fixer d'objectifs. La confirmation de notre bonne saison, on va l'avoir maintenant. Pour être assuré de terminer dans le top 4, il faut continuer à gagner à domicile et en gratter quelques-uns à l'extérieur. Si nous avions perdu (contre Nancy), le top 2 était mort pour nous et cela aurait pu être dramatique psychologiquement." Qu'il se rassure, ses joueurs sont au taquet mentalement. Ils l'ont prouvé en éliminant le mois dernier Cholet en huitièmes de finale de la Coupe de France (75-73). Un autre objectif dans leurs cordes. Une victoire lors de la 24e journée de Pro A au Sportica, où le BCM a l'habitude de corriger ses hôtes, serait un argument de plus en faveur de la menace représentée par Chalon, qui va cependant devoir faire avec un calendrier pas évident: Gravelines, Cholet et Pau-Lacq-Orthez à l'extérieur, l'Asvel à domicile. Dans ce contexte, un homme aura un rôle important à jouer, Blake Schilb, candidat au titre de MVP étranger de même que Samuel Mejia ou Tremmel Darden. "Sur le terrain, il est irréprochable, c'est un modèle, apprécie Nicolas Lang. Il y a aussi un gars comme Bryant (Smith), quand il voit que le groupe commence à se dissiper un peu, c'est vraiment le gars qui recadre tout le monde." Dans la dernière ligne droite du championnat, c'est toujours utile.