L'Ecosse veut chasser les Pumas

  • A
  • A
L'Ecosse veut chasser les Pumas
Partagez sur :

Avant de conclure la phase de poules par un périlleux match face à l'Angleterre, l'Ecosse a l'occasion, dès dimanche à Wellington, de décrocher leur billet pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Une qualification qui passe cependant pour le XV du Chardon par une victoire face à une équipe d'Argentine qui lui avait barré la route du dernier carré en 2007.

Avant de conclure la phase de poules par un périlleux match face à l'Angleterre, l'Ecosse a l'occasion, dès dimanche à Wellington, de décrocher leur billet pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Une qualification qui passe cependant pour le XV du Chardon par une victoire face à une équipe d'Argentine qui lui avait barré la route du dernier carré en 2007. En 2007, déjà, Ecossais et Argentins s'étaient fait face à l'occasion d'un match couperet, un quart de finale remporté par les Pumas (19-13). Quatre plus tard, leurs destins se croisent de nouveau en Coupe du monde. Et si les retrouvailles ont cette fois pour cadre la phase de poules, l'enjeu sera le même : gagner pour poursuivre l'aventure même si, en cas de défaite, les Ecossais auraient une dernière chance de survivre à la faveur d'un exploit le week-end prochain face à l'Angleterre, aujourd'hui promise à la première place du groupe B. Autant dire que le XV du Chardon ne compte pas là-dessus et entend bien cette fois-ci sortir vainqueur de ce tango endiablé. Malgré un bilan défavorable face aux Pumas depuis 1990 (huit défaites en 12 matches), les Britanniques pourront s'appuyer sur leurs dernières sorties en Argentine, deux victoires obtenues à Tucuman (24-16) et Mar del Plata (13-9). "Beaucoup de nos joueurs étaient déjà là en Argentine et savent ce qu'il est nécessaire pour s'imposer", rappelle Gregor Townsend, l'assistant d'Andy Robinson, pas dupe cependant sur la difficulté du challenge qui attend ses hommes dimanche à Wellington. Et l'ancien ouvreur international (82 sélections entre 1993 et 2003) de noter les forces argentines. "Ils ont un très bon jeu au pied, et ils ont une bonne défense", cite-t-il. Mais pas que. "Contre l'Angleterre et la Roumanie, ils ont montré qu'ils pouvaient être très bons balle main, qu'ils savaient faire circuler le ballon malgré une grosse défense anglaise. Ils ont vraiment de bons coureurs à l'arrière. Ils ont aussi cet énorme pack qui vous défie n'importe où et qui leur crée des espaces." Sans oublier un coeur gros comme ça. Discipline, la clé selon Robinson Car il est dit que les Pumas, dos au mur, vendront chèrement leur peau face à une équipe qui ne leur est pas inconnue. "On les a rencontrés plusieurs fois ces dernières années donc on les connaît plutôt bien", confirme l'ailier Gonzalo Camacho. Et Patricio Albacete de confirmer : "Ils ont construit un pack solide donc ils vont essayer de nous prendre dans ce secteur. Et ils ont aligné Jackson à l'ouverture pour essayer de trouver des espaces." Pour un peu, le deuxième-ligne de Toulouse et de l'Argentine pourrait prendre la place d'Andy Robinson... Ce dernier, qui n'a pas oublié la défaite de son équipe face à l'Argentine en 2009 (6-9) pour son troisième match à la tête du XV du Chardon après deux premières réussies contre... l'Australie et les Fidji, est tout aussi incollable sur son prochain adversaire. "Nous savons très bien de quoi les Argentins sont capables et nous respectons ce qu'ils font." Mais l'ancien sélectionneur du XV de la Rose veut regarder devant lui : "Le passé, c'est du passé. Ce qui compte, ce sont les 80 minutes à venir." Un match dont il se permet même de donner la clé : "Chaque équipe peut bien jouer sous pression. Mais celle qui restera disciplinée même sous pression sera celle qui remportera le match." Réponse dimanche.