L'échauffement est réussi

  • A
  • A
L'échauffement est réussi
Partagez sur :

Les Bleus ont remporté leur premier test-match de la tournée d'automne face aux Fidji à La Beaujoire (34-12), sans trop de difficultés. Malgré une première période pas forcément évidente dans des conditions météo compliquées, l'équipe de France termine avec plus de vingt points d'écart en sa faveur et trois essais à rien. La saison démarre plutôt bien pour les hommes de Marc Lièvremont qui avait aligné une équipe mixte.

Les Bleus ont remporté leur premier test-match de la tournée d'automne face aux Fidji à La Beaujoire (34-12), sans trop de difficultés. Malgré une première période pas forcément évidente dans des conditions météo compliquées, l'équipe de France termine avec plus de vingt points d'écart en sa faveur et trois essais à rien. La saison démarre plutôt bien pour les hommes de Marc Lièvremont qui avait aligné une équipe mixte. "Je te construis une muraille, un coq et une poule. Ils attaquent, ils attaquent, ils attaquent, je n'ai pas le droit de m'assoupir". Comme l'indiquait avant le coup d'envoi leur cibi, sorte de haka local, les Fidjiens ne se sont pas assoupis. Mais ils n'ont pas non plus construit une muraille impénétrable et les Bleus, avec leur équipe mixte, ont évité sans trop trembler une contre-performance face aux Fidji (34-12) qui aurait fait tache pour débuter cette tournée d'automne. Sous des trombes d'eau à La Beaujoire, les hommes de Marc Lièvremont ont toutefois peiné en première période, débloquant leur compteur d'essais grâce à... une pénalité manquée de Yachvili. A la 33e minute, alors que le demi de mêlée biarrot et le Clermontois Baï, en face, avaient passé deux pénalités chacun (3e et 21e pour Yachvili, 14e et 18e pour Baï), Arias gêne Nalaga à la retombée du ballon dans l'en-but suite au coup de pied trop croisé de Yachvili, ce qui permet à Marty d'aplatir en soutien (13-6, 34e). Les Bleus ont connu des difficultés à envoyer du jeu en première période, largement gênés par une pluie nantaise continue et particulièrement drue, mais la domination dans la mêlée et sur les ballons portés a suffi à enquiller les points, comme souvent face aux Fidji. Yachvili-Traille, bonne première Pragmatique, cap'tain Harinordoquy demande à Yachvili de prendre les points face aux perches, à la sirène et alors que ce dernier aurait préféré jouer la pénaltouche. Les Bleus rentrent ainsi au vestiaire avec une avance plus confortable (16-6) et se mettent rapidement en selle en revenant sur la pelouse gorgée d'eau de La Beaujoire. Quasiment sur le premier temps de jeu de la seconde période, Estebanez préfère jouer au pied vers le coin gauche de l'en-but français plutôt que de poursuivre le surnombre, pourtant à quelques mètres seulement de la zone d'essai. Bien lui en prend toutefois, puisque Médard profite du rebond et aplatit en faisant bien attention à ne pas mettre le pied gauche dehors (21-6, 42e). Impliqués sur les deux premiers essais, le Briviste Estebanez et le Parisien Arias n'ont donc pas perdu de points - à défaut d'en gagner réellement dans ce contexte franchement amical - eux qui risquent de ne plus jouer beaucoup sur cette tournée d'automne. Les Bleus dérouleront ensuite en seconde période, face à des Fidjiens vraiment trop éloignés de leur élément pour s'en sortir par le jeu. Yachvili, passé capitaine à la 57e minute suite à la sortie de Harinordoquy, continue d'enquiller les pénalités (45e, 57e). Baï en fait de même (50e, 55e) mais le Biarrot passe surtout une nouvelle transformation, ce qui signifie donc que les Bleus inscrivent un troisième essai, de pénalité en l'occurrence, suite à un gros temps de jeu des Français près de l'en-but fidjien (34-12, 70e). Pas de lyriques envolées donc pour les hommes de Marc Lièvremont à Nantes, mais la prestation du XV de France rassure, équipe mixte ou pas. En plus des centres Estebanez ou Marty et de la première ligne, le Perpignanais Porical a également livré une partie solide à l'arrière, impeccable sur ses prises de balle et ses percussions. "Je crois qu'on a eu beaucoup de maîtrise sur le jeu, avec beaucoup de vent et de pluie, indiquait d'ailleurs le Catalan à l'issue du match, devant les caméras de France 2. On a été assez propres, on a joué au près et respecté les consignes." Ces Tricolores-là ne seront assurément pas tous titulaires au sein de l'équipe-type, mais certains méritent de revenir et conservent leur chance d'y figurer. La charnière 100% biarrote Yachvili-Traille a donné satisfaction, ce dernier ayant fait usage de son jeu au pied, à la chandelle comme sur de petites ouvertures près de l'en-but. La tournée d'automne est lancée. Et ce soir, le coq était bien français, et non fidjien.