L'Australie s'incline...

  • A
  • A
L'Australie s'incline...
Partagez sur :

Présentée comme l'équipe favorite bis de cette Coupe du monde, l'Australie n'aura jamais été en mesure de contrarier la Nouvelle-Zélande dimanche à Auckland en demi-finale. Beaux joueurs, les Wallabies, qui avaient sorti les champions du monde en titre sud-africains en quarts de finale, reconnaissent la supériorité du jour des All Blacks. Dont ils font les favoris logiques de la finale...

Présentée comme l'équipe favorite bis de cette Coupe du monde, l'Australie n'aura jamais été en mesure de contrarier la Nouvelle-Zélande dimanche à Auckland en demi-finale. Beaux joueurs, les Wallabies, qui avaient sorti les champions du monde en titre sud-africains en quarts de finale, reconnaissent la supériorité du jour des All Blacks. Dont ils font les favoris logiques de la finale... Un drop, deux ou trois crochets inutiles et surtout nombre de réceptions et de coups de pied mal assurés... Voilà résumé le petit match de Quade Cooper, celui qui se voulait l'inspirateur des Wallabies, dimanche face aux All Blacks. A l'image de son ouvreur d'origine néo-zélandaise, l'Australie, battue en phase de poules par l'Irlande, passée de justesse en quarts de finale contre l'Afrique du Sud, aura traversé la compétition sans briller, éliminée sans discussion possible par la Nouvelle-Zélande en demi-finale de la Coupe du monde. Une issue que personne d'ailleurs n'osait contester dans les rangs australiens... "Il n'y a pas grand-chose à dire, convenait James O'Connor, l'ailier des Wallabies. Ils nous ont battus dans tous les secteurs. Ils ont bien utilisé le ballon, ils étaient présents dans l'impact physique. C'est ce qu'il faut pour remporter une demi-finale de Coupe du monde de rugby, et les All Blacks ont répondu présent. Ils méritent leur victoire." Difficile d'aller à l'encontre de ce constat mais Robbie Deans, le sélectionneur néo-zélandais de l'Australie, ne pouvait s'empêcher de pointer la défaillance de ses hommes dans les airs: "Ils ont été meilleurs que nous dans les airs. Ils y ont récupéré des ballons, au contraire de nous. Quand ils ont tapé au pied, ils ont été capables de mettre plus de pression." Meilleure occupation du terrain - "On ne leur a pas assez mis la pression dans leur moitié de terrain. Ils ont bien joué, et on a été déficients à ce niveau-là", notait James Horwill, le capitaine - mais pas seulement pour les Blacks qui, selon O'Connor, "en voulaient plus". Une agressivité qui a empêché les Wallabies d'installer leur jeu. "Ils ont haussé le ton dans l'impact physique, on n'avait jamais eu à faire face à un tel impact", ajoutait O'Connor. "Les All Blacks sont très forts en défense. On a perdu notre fluidité", précisait son sélectionneur. Et Horwill d'insister : "Ils ont très bien défendu. On n'a pas su enchaîner les temps de jeu." Bref, la jeune génération australienne, peut-être encore trop tendre à ce niveau de la compétition, n'a jamais existé dans cette rencontre, dominée dans tous les secteurs de jeu par la Nouvelle-Zélande lancée vers un deuxième titre mondial. "Félicitations aux All Blacks, ils ont été meilleurs et ils méritent leur victoire", applaudissait beau joueur Horwill, donnant rendez-vous dans quatre ans. O'Connor se projetait lui un peu moins loin, sur la finale du week-end prochain: "S'ils jouent comme ce soir, la France aura du mal à les battre."