L'Australie domine l'Italie

  • A
  • A
L'Australie domine l'Italie
Partagez sur :

Il n'y a pas eu de miracle à Canberra. L'équipe d'Italie s'est largement inclinée, samedi, face à l'Australie (31-8). Les Wallabies n'ont pas trop souffert grâce, notamment, à un triplé de James O'Connor et se préparent de manière idéale en vue d'affronter la France dans 15 jours à Sydney.

Il n'y a pas eu de miracle à Canberra. L'équipe d'Italie s'est largement inclinée, samedi, face à l'Australie (31-8). Les Wallabies n'ont pas trop souffert grâce, notamment, à un triplé de James O'Connor et se préparent de manière idéale en vue d'affronter la France dans 15 jours à Sydney.Alors qu'elle s'attend déjà à de franches retrouvailles avec la Nouvelle-Zélande la semaine prochaine à Wellington, l'équipe de France sait que son troisième test-match de cette tournée estivale, programmé dans quinze jours à Sydney, ne sera pas une mince affaire. L'Australie s'est fait un plaisir, si besoin en était, de rappeler les Bleus à leurs obligations de perfection en prenant facilement la mesure de l'Italie samedi à Canberra dans une rencontre qui n'a jamais laissé de place au doute. Il n'aura en effet fallu attendre que quatre minutes pour voir le premier essai australien, oeuvre du jeune James O'Connor pour sa première titularisation à bientôt 19 ans. Star de demain du rugby australien, celui qui aurait pu également choisir la sélection sud-africaine mais aussi néo-zélandaise de par ses origines (des parents nés en Nouvelle-Zélande et une grand-mère sud-africaine), une situation rare dans le rugby moderne, faisait une nouvelle fois éclater son talent peu avant la demi-heure de jeu en signant le doublé après quelques minutes soporifiques pour les spectateurs du Canberra Stadium (28e, 10-0).L'inspiration de Gower Par la suite, Matt Giteau prenait, non sans réussite, à revers la défense italienne pour inscrire un troisième essai, transformé celui-là, pour sceller définitivement le sort du match. A la reprise, les hommes de Nick Mallett démontraient leur envie d'en découdre jusqu'au bout en franchissant à leur tour la ligne d'en-but adverse par Robertson servi par le Bayonnais Gowler, auteur, pour sa première cape sous le maillot de la Squadra Azzurra, d'une superbe inspiration (42e, 17-8). En dépit d'une grosse dépense d'énergie, notamment dans les phases de combat, l'Italie n'inscrira plus le moindre de points. Pas toujours très inspirée ni réaliste, l'Australie donnait tout de même plus d'ampleur à son succès en inscrivant deux nouveaux essais par Mortlock (48e, 24-8) et... O'Connor (59e, 31-8). Les Bleus apprendront certainement à le connaître...