L'Atletico sur la corde raide

  • A
  • A
L'Atletico sur la corde raide
Partagez sur :

Un surplace inquiétant. L'Atletico Madrid n'avance plus. Défait lors de ses trois derniers matches, le club madrilène se retrouve largué en championnat et en ballottage défavorable en Ligue Europa. De quoi tirer la sonner d'alarme avant la 15e journée de Liga et la réception de La Corogne. Quique Sanchez Flores a recadré ses joueurs, conscient qu'il n'y a plus une minute à perdre.

Un surplace inquiétant. L'Atletico Madrid n'avance plus. Défait lors de ses trois derniers matches, le club madrilène se retrouve largué en championnat et en ballottage défavorable en Ligue Europa. De quoi tirer la sonner d'alarme avant la 15e journée de Liga et la réception de La Corogne. Quique Sanchez Flores a recadré ses joueurs, conscient qu'il n'y a plus une minute à perdre. C'est quoi le problème ? Chaque saison ou presque, l'Atletico Madrid perd pied quand on s'y attend le moins. Lors du précédent exercice, le succès en Ligue Europa est venu donner du baume au coeur aux supporters d'un club très suivi mais qui n'obtient guère les résultats en adéquation avec son statut. Ce succès européen devait représenter le point de départ du renouveau. Le début de saison a infirmé cette belle version des choses. Les trois derniers revers concédés en une semaine symbolisent parfaitement la réalité d'un Atletico mal en point. Jugez plutôt. Alors que tout le monde s'accordait à penser que le calendrier favorable permettrait aux coéquipiers du Kun Agüero d'accélérer la cadence, les Matelassiers ont failli au Vicente Calderon dans un match âpre et tendu face à l'Espanyol Barcelone (2-3), puis en Ligue Europa devant la modeste formation de l'Aris Salonique (2-3) - cette dernière défaite les élimine quasiment de la course au doublé - avant de subir la loi de Levante à Valence (2-0). "Cela a été une semaine difficile car une équipe comme l'Atletico ne peut pas perdre trois matches consécutifs. Le pire des trois a été contre Levante. Nous n'avons pas été agressifs, on ne s'est pas créé d'occasion et ils avaient été supérieurs. Au moins, lors des autres matches, on avait mieux joué mais on avait commis des erreurs individuelles", explique Topmas Ufjalusi, le défenseur tchèque, dans les colonnes du quotidien AS. L'optimisme d'Ufjalusi Il s'avère que le club pointe à la huitième place du classement, se retrouve au bord de l'élimination en Ligue Europa et ne possède plus vraiment de perspective alléchante... Comme souvent en pareille circonstance, l'entraîneur se retrouve au centre des débats. Quique Sanchez Flores ne fait pas exception à la règle. "Notre relation avec l'entraîneur n'a pas changé. On s'est retrouvé dans une situation encore pire la saison dernière et on s'en était sorti. Il faut rester calme, continuer à travailler et prendre les matches un par un", répond Diego Forlan, dans Marca. Travailler n'empêche pas de chercher des explications à un éternel recommencement. La presse a pointé du doigt les récentes erreurs individuelles en défense. Les joueurs répondent qu'il s'agit d'un problème d'abord et avant tout collectif et que la défense concerne les 11 joueurs présents sur le terrain. De fait, face à Levante le week-end dernier, aucune ligne n'a correctement fait son travail. Et si Ufjalusi estime qu'il "n'y a pas de crise. On vise tous une place pour la prochaine Ligue des champions. Il nous reste trois matches pour bien finir l'année. Je suis convaincu que nous allons battre le Depor et commencer notre remontée." Un optimisme de façade qu'il convient de tempérer par une réalité chiffrée. A ce jour, même si le championnat est encore long, l'Atletico possède huit longueurs de retard sur l'Espanyol, 4e, et 10 sur Villarreal actuellement troisième. Alors s'il n'y a pas de crise, il y a urgence.