L'athlétisme reste en salle

  • A
  • A
L'athlétisme reste en salle
Partagez sur :

L'athlétisme pourrait perdurer plus longtemps que prévu en tête d'affiche. Les championnats d'Europe de Bercy à peine achevés, le cinéma, à travers le dernier film de Régis Wargnier "La ligne droite" , prend déjà le relais de la couverture médiatique. A visionner en salle dès ce mercredi 9 mars.

L'athlétisme pourrait perdurer plus longtemps que prévu en tête d'affiche. Les championnats d'Europe en salle de Bercy à peine achevés, le cinéma, à travers le dernier film de Régis Wargnier "La ligne droite", prend déjà le relais de la couverture médiatique. A visionner dès ce mercredi 9 mars. "Cela faisait dix ou quinze ans que je cherchais un sujet sur le sport pour en faire une fiction et quand, aux Mondiaux de 2003, je suis tombé sur l'entraînement du coureur non-voyant Aladji Ba, cela a été un choc" . Un choc donc, en guise de point de départ pour ce long métrage qui évoque la rencontre et la relation entre un athlète (interprété par Cyril Descours), devenu non-voyant après un accident et son guide (Rachida Brakni), une ancienne athlète tout juste sortie de prison. Les acteurs ont connu une préparation spécifique et intensive à l'INSEP (d'où sont extraites plusieurs scènes du film par ailleurs) sous l'égide d'entraîneurs de renom comme Bruno Gajer, Renaud Longuèvre ou encore Pierre Bonvin. Cette mise en conditions grandeur nature aura finalement raison de l'actrice principale, la compagne d'Eric Cantona à la ville, qui y perdra son tendon d'Achille. Une fin au Stade de France L'ancienne coureuse de niveau national, à qui le rôle était destiné, n'en regrette pas moins l'aventure. "J'ai pratiqué le sport de haut niveau étant jeune, je faisais du sprint en cadette et je me destinais au 400 mètres haies quand j'ai dû arrêter parce que mon corps ne suivait plus. Le film réunissait mes deux passions: le travail d'actrice et le sport". "La vie est rentrée dans le film et a dicté sa loi" relativise, lui, le réalisateur qui avait anticipé l'éventualité d'une blessure en préparant deux fins et en captant chaque plan dans l'ordre chronologique. Le film trouve son épilogue au Stade de France dans une scène tournée en direct pendant le meeting Areva, partenaire du film, le 16 juillet 2010. "Le soutien de la FFA nous a permis d'être incorporé dans le meeting et nous disposions de sept minutes pour tourner sept minutes de film. C'était un pari de jeune réalisateur" commente Régis Wargnier qui n'en était pourtant pas à son coup d'essai. Le documentaire "Coeurs d'athlètes" diffusé en 2003, où il suivait des champions de la trempe d'Haile Gebreselassié, d'Heike Drechsler, ou encore d'Hicham El Guerrouj dans leurs labeurs quotidiens, lui avait prodigué de précieuses informations. "Je m'en suis souvenu pour ce film. Je devais être présent avec l'athlète au coeur de son effort". Départ programmé ce mercredi.