L'Asvel repart de plus belle

  • A
  • A
L'Asvel repart de plus belle
Partagez sur :

Quatre jours après sa défaite contre Le Mans (70-81), Villeurbanne s'est ressaisi à l'Astroballe en dominant nettement Gravelines-Dunkerque (92-63), ce mardi soir, en match décalé de 23e journée de Pro A. Une victoire acquise notamment grâce à Jefferson (20 points, 10 rebonds) et Tillie (17 points, 7 rebonds), qui permet à l'Asvel de consolider sa septième place.

Quatre jours après sa défaite contre Le Mans (70-81), Villeurbanne s'est ressaisi à l'Astroballe en dominant nettement Gravelines-Dunkerque (92-63), ce mardi soir, en match décalé de 23e journée de Pro A. Une victoire acquise notamment grâce à Jefferson (20 points, 10 rebonds) et Tillie (17 points, 7 rebonds), qui permet à l'Asvel de consolider sa septième place. Deux mauvaises nouvelles en une seule et même soirée pour Gravelines-Dunkerque, ça fait beaucoup. Quelques minutes après avoir annoncé l'absence pour au moins trois semaines de Yannick Bokolo, qui souffre d'une déchirure au mollet, le BCM a vite compris qu'il ne reviendrait pas à hauteur de Nancy, à la deuxième place du championnat. Une victoire à Villeurbanne, ce mardi en match décalé de la 23e journée, lui aurait été nécessaire mais l'Asvel avait visiblement très à coeur de prouver à son public de l'Astroballe que son faux-pas du week-end contre Le Mans (70-81) n'était qu'un simple accident de parcours. Et a du coup infligé une correction à ses visiteurs (92-63). De victoire, donc, il n'y a pas eu pour les hommes de Christian Monschau, qui restent quatrièmes de Pro A. A vrai dire, ils n'y ont cru qu'une moitié de quart-temps, pas plus, le temps que les Villeurbannais se mettent en route. Une conséquence de l'absence de Yannick Bokolo ? Sans doute, mais pas seulement. Car ce n'est pas sur les extérieurs que les Nordistes ont le plus souffert. Malgré la présence de Cyril Akpomedah, Saer Sene et Dounia Issa dans la raquette, Gravelines n'a pas su contenir la puissance du trio rhodanien composé de Davon Jefferson, Kim Tillie et Pops Mensah-Bonsu. Une domination sous le cercle qui s'explique aussi en chiffres: 43 rebonds à 33. Ben Woodside en souffrance C'est dans le sillage de ces trois joueurs-là que l'Asvel a fait la différence avant la pause, après une entame accrochée (11-11, 5e), pour regagner les vestiaires avec une marge des plus confortables (50-33, 20e). Un écart qui n'a fait qu'enfler après le repos, Matt Walsh en profitant pour s'illustrer à son tour avec 12 points, 4 interceptions et 5 passes en 24 minutes. Mais comparé à l'apport de Davon Jefferson (20 points, 10 rebonds, 3 contres), Pops Mensah-Bonsu (11 points, 8 rebonds, 3 passes) et surtout Kim Tillie en sortie de banc (17 points, 7 rebonds, 2 contres), l'ailier américain est presque passé inaperçu. Pour une fois, il n'en voudra certainement pas à ses coéquipiers de lui avoir volé la vedette... Une fois le succès acquis pour l'Asvel, le coach rhodanien Nordine Ghrib s'est même permis de faire tourner son effectif, en donnant par exemple du temps de jeu aux jeunes Théo Leon et Paul Lacombe, qui ont terminé dans un "cinq biberon" avec Kim Tillie et Edwin Jackson. Des rotations qui n'ont pas empêché la Green Team de consolider son avance, et sa septième place au classement. Cette année, elle devrait voir les play-offs. Malgré les 13 points, 5 rebonds de Jeff Greer et les 14 points, 4 rebonds de Cyril Akpomedah, le BCM reste quant à lui quatrième. Ben Woodside, qui avait deux fois plus de responsabilités sans son compère Yannick Bokolo à ses côtés, a souffert avec seulement 7 points au compteur, à 3/11 aux tirs, et 1 passe en 37 minutes. Vivement le mois de mai...