L'Asvel n'y est pas encore

  • A
  • A
L'Asvel n'y est pas encore
Partagez sur :

BASKET: L'Asvel s'est incliné ce jeudi face à Barcelone dans le cadre de la 9e journée d'Euroligue.

Logiquement battu par Barcelone (90-64), ce jeudi soir à l'Astroballe lors de la 9e journée d'Euroligue, Villeurbanne n'est pas encore qualifié pour le Top 16."Probablement l'équipe numéro un en Europe." Ainsi Vincent Collet présentait-il Barcelone, que Villeurbanne devait battre ce jeudi soir à l'Astroballe pour valider son billet pour le Top 16. Le parcours cette saison du Barça, invaincu en Euroligue et battu une seule fois en Liga ACB, ne lui donnait pas tort. Il n'y a donc rien d'illogique à ce que l'Asvel se soit inclinée (90-64), lors de la neuvième journée. "C'est le tarif pour tout le monde contre cette équipe-là", a déploré un bon Traoré (19 points, 4 rebonds) au micro de Sport+. Rien d'illogique, mais tout de frustrant. Car la victoire du Zalgiris Kaunas face au Cibona Zagreb (68-61), un peu plus tôt, avait désolidarisé le sort des joueurs villeurbannais de celui de l'équipe croate. Un succès leur aurait suffi pour se qualifier. Au lieu de ça, ils joueront leur visa pour la suite de la compétition dans une semaine... à Zagreb. Dommage, donc. Mais vu la performance des Catalans lors de ce match, il n'y avait pas grand-chose de mieux à espérer. La seule chose que peut regretter la "Green Team", sans doute aussi fragilisée par l'intense défense exercée par les hommes de Xavi Pascual, est d'avoir perdu trop de ballons faciles dans le premier quart-temps. Contre des joueurs de la trempe de Navarro, Mickeal, Morris ou Rubio, la moindre possession vaut de l'or. Et le moindre tir ouvert laissé à l'adversaire est l'occasion de se faire punir. A l'aller, l'Asvel l'avait parfaitement intégré pendant les trois quarts de la rencontre, avant de craquer dans les huit dernières minutes (76-62). Cette fois, il n'y a même pas eu de suspense, les Blaugrana ayant fait le trou dès la pause. Pourtant, Traoré et Marshall ont tenté de tenir la baraque tant bien que mal, le premier en ramenant les siens à sept points d'un lay-up en fin de premier quart (13-19, 9e), le second en leur permettant de rester en embuscade d'un trois points bien senti (30-36, 16e). L'un des tournants de ce match: sur l'action suivante, l'ailier américain a eu l'occasion, après avoir intercepté la balle, de relancer l'Asvel, mais il a préféré forcer son tir. Juan Carlos Navarro leur a fait malUn 7-0 et un panier de Lorbek plus tard, l'écart était creusé (45-34, 20e). Vincent Collet a eu beau réclamer à ses joueurs de ne pas paniquer en défense et de faire davantage tourner en attaque, rien n'a fonctionné. Le bloc barcelonais n'a jamais paniqué, à l'image de Navarro (15 points), chaud d'entrée au retour des vestiaires (57-42, 24e). Le shoot au buzzer de Jeanneau en fin de troisième acte a pu faire croire aux supporters villeurbannais à un retour improbable (54-65, 30e). C'était oublier que les Catalans étaient dans un bon soir, surtout derrière l'arc (47%). Sada, Morris et Basile ont chacun planté un tir primé en début dernier quart (74-54, 33e) et réduit à néant les dernières intentions de l'Asvel.A moins d'être sèchement battu par Sienne dans son Palau Blaugrana dans une semaine, Barcelone terminera en tête du groupe A et la Montepaschi, large vainqueur de Fenerbahçe la veille (101-58), sera son dauphin. Le suspense reste en revanche entier pour les deux derniers tickets pour le Top 16. En cas de succès sur le parquet du Cibona, Villeurbanne sera assuré d'y participer. En attendant, c'est un choc face au leader de Pro A, Cholet, qui se profile samedi pour les champions de France. Une rencontre à ne surtout pas négliger pour confirmer leur redressement sur la scène hexagonale, eux qui restent sur quatre matches gagnés en championnat. Il sera ensuite temps de se replonger dans le grand bain de l'Euroligue.