L'Asvel n'a pas fait le poids

  • A
  • A
L'Asvel n'a pas fait le poids
Partagez sur :

BASKET - Lyon-Villeurbanne a concédé sa troisième défaite en trois matches d'Euroligue face à Sienne (82-65).

Troisième défaite en trois matches d'Euroligue pour Lyon-Villeurbanne. Malgré un bon premier quart-temps, les hommes de Vincent Collet se sont en effet inclinés face à Sienne mercredi (82-65). Le Top 16 s'éloigne encore un peu plus pour l'ASVEL.Rageant... Une semaine après y avoir cru jusqu'au bout face à Fenerbahçe, ne cédant qu'à l'issue de la prolongation (76-78), l'Asvel peut encore avoir des regrets après cette défaite contre Sienne (65-82), à l'occasion de la 3e journée d'Euroligue. Car même si l'effectif des champions d'Italie est d'un tout autre calibre que celui des Turcs, les Villeurbannais ont entamé cette rencontre de telle manière (19-3 après 5 minutes) que l'exploit semblait, l'espace de quelques minutes, être du domaine du possible.Mais une fois encore, les recrues ne se sont pas vraiment montrées à leur avantage. Victor Samnick (6 points) remplaçant (temporaire ?) de Curtis Borchardt, pouvait difficilement faire mieux pour ses grands débuts, et si "Minda" Lukauskis a encore déçu (5 points à 2/6), Kristjan Kangur a lui joué les utilités (1 rebonds en 5 minutes). Bobby Dixon a donc été l'un des rares à surnager, sans toutefois réussir à faire jouer ses équipiers (20 points, 1 passe), tandis qu'Ali Traoré a ramassé les miettes (11 points, 5 rebonds, 2 contres).Encore plus dur face à BarceloneLe truculent pivot, forcément déçu, ne retenait que la défaite après-coup. "On peut tirer plein de points positifs de la première mi-temps, comme face à Orléans, mais là, la défaite c'est un gros négatif", avouait-il, dépité, au micro de Sport +. Menés 29-10 à l'issue des dix premières minutes, les Italiens vont montrer leur vrai visage lors du deuxième quart-temps. Domercant allume à 3-points (14 points à 4/6 aux tirs primés), Sato débute son énorme soirée (33 points, 6 rebonds) et les locaux sont dépassés. Un 21-3 infligé à leurs adversaires permet aux hommes de Pianigiani de revenir à un point à la pause (32-31).Dixon tente de sauver les meubles mais Sienne repasse devant pour la première fois du match (35-36, 22e), et ne sera plus jamais rejoint. Il y aura bien sûr ce formidable sursaut dans le dernier quart et ce retour à 2 unités (60-62, 35e), mais Stonerook et surtout Sato (60-67, 26e), font le métier. Le Centrafricain peut sortir, comblé, avant la fin du match car le money-time n'est qu'une formalité pour les Toscans, qui s'imposent au final 82-65. Côtoyer le gratin européen n'est jamais aisé, les Villeurbannais en ont encore fait l'amer constat. Et ce n'est pas fini. Car le prochain adversaire des champions de France n'est autre que l'ogre barcelonais...