L'Asvel enfin guérie ?

  • A
  • A
L'Asvel enfin guérie ?
Partagez sur :

Depuis le licenciement de Vincent Collet, mi-novembre, Villeurbanne est sur la pente ascendante. Avant d'accueillir Roanne, vendredi soir lors de la 13e journée de Pro A, l'Asvel est même en position de disputer la Semaine des As. Un redressement qui ne s'explique pas seulement par la nomination de Nordine Ghrib au poste d'entraîneur.

Depuis le licenciement de Vincent Collet, mi-novembre, Villeurbanne est sur la pente ascendante. Avant d'accueillir Roanne, vendredi soir lors de la 13e journée de Pro A, l'Asvel est même en position de disputer la Semaine des As. Un redressement qui ne s'explique pas seulement par la nomination de Nordine Ghrib au poste d'entraîneur. A l'Asvel, le fameux choc psychologique a bien lieu. En prenant la décision de couper Vincent Collet le 17 novembre dernier, pour le remplacer sur le banc par son assistant Nordine Ghrib, les dirigeants villeurbannais ont pris une décision difficile mais qui, un mois et demi plus tard, est légitimée par les résultats. En championnat du moins. Car malgré l'élimination aux portes du Last 16 de l'Eurocoupe, le club rhodanien s'est redressé de manière spectaculaire en Pro A. Avec quatre victoires contre deux défaites, à Gravelines-Dunkerque et au Mans, le bilan de Nordine Ghrib depuis qu'il a pris en main les rênes de l'équipe est l'exact opposé de celui qu'affichait Vincent Collet après six journées. Le tout avec les mêmes joueurs. Comment expliquer ce brusque changement de cap, qui permet à la Green Team d'être en bonne position dans la course à la Semaine des As avant de recevoir Roanne, vendredi soir à l'Astroballe ? La forme étincelante de Mickaël Gelabale, qui reste sur quatre matches à 18 points ou plus - All-Star Game compris -, est l'une des raisons du nouveau visage affiché par les Villeurbannais. L'ailier français a, comme le reste de l'effectif, vécu le licenciement de Vincent Collet comme un coup de fouet, qui lui a fait prendre conscience que personne n'était plus à l'abri. Le changement d'attitude de Matt Walsh et Davon Jefferson, jugés trop "bling bling" par le directeur exécutif Pierre Grall fin décembre, après l'élimination en Eurocoupe, explique également ce récent renouveau. Des progrès constatés par Nordine Ghrib après la large victoire obtenue au Havre (87-63), le week-end dernier. Ghrib: "Les choses vont dans le bon sens""Je suis content de la volonté collective de mes joueurs, il y a eu plus d'altruisme de la part de Matt Walsh et Davon Jefferson et les choses vont dans le bon sens pour tout le monde, même si tout est perfectible, a-t-il déclaré dans Le Progrès après coup. Nous craignions beaucoup Le Havre et j'ai eu peur que la trêve entraîne un petit coup d'arrêt. Nous avons pu installer notre jeu face à une équipe à qui nous avons laissé trop de rebonds offensifs mais dont nous voulions limiter le nombre de possessions. Et puis, il ne faut pas se leurrer. Nous avons bien défendu sur lui mais Bernard King (touché à la cheville, ndlr) était quand même très diminué..." Diminués, certains joueurs de la Chorale risquent de l'être aussi vendredi soir, car la moitié de l'effectif a été touchée par une épidémie de gastro-entérite en début de semaine. Le club ligérien avait demandé à la LNB de reporter la rencontre, requête refusée mercredi par l'instance. "Il aurait fallu que l'épidémie soit inscrite dans les règlements pour que le match soit reporté, a pesté sur 20minutes.fr le coach roannais Jean-Denys Choulet. On ne peut pas prétendre devenir un sport majeur et être une ligue forte quand on prend ce genre de décision incompréhensible. Pour l'équité sportive, c'est du grand n'importe quoi." Qui pourrait avantager l'Asvel.