L'Argentine cherche son messie

  • A
  • A
L'Argentine cherche son messie
Partagez sur :

Dos au mur, l'Argentine n'a plus le droit à l'erreur. Après deux tristes matches nuls, l'Albiceleste se voit contrainte de remporter son ultime match de poule face au Costa Rica, dans la nuit de lundi à mardi, sous peine d'être éliminée dès le premier tour de sa Copa America. Dans l'oeil du cyclone, les Argentins espèrent voir arriver leur homme providentiel pour éviter une sortie prématurée, qui ferait mauvais genre dans une compétition organisée à domicile.

Dos au mur, l'Argentine n'a plus le droit à l'erreur. Après deux tristes matches nuls, l'Albiceleste se voit contrainte de remporter son ultime match de poule face au Costa Rica, dans la nuit de lundi à mardi, sous peine d'être éliminée dès le premier tour de sa Copa America. Dans l'oeil du cyclone, les Argentins espèrent voir arriver leur homme providentiel pour éviter une sortie prématurée, qui ferait mauvais genre dans une compétition organisée à domicile. Le football argentin est-il sur le point de connaître l'une de ses plus noires périodes ? Quelques jours avant le début de sa Copa America, l'Argentine a vécu un véritable cataclysme. River Plate, club le plus titré du pays, coule dans le chaos intégral suite à sa relégation en deuxième division. Une descente aux enfers provocant bien évidemment la fureur des supporters à Buenos Aires, théâtre de scènes de violence. Aujourd'hui, la sélection nationale vient agrémenter une déprime déjà bien garnie... L'Albiceleste comptait sur la Copa America 2011, organisée sur ses terres, pour dépoussiérer sa salle des trophées, vide depuis 1993 si l'on excepte les deux titres olympiques d'Athènes et Pékin. Mais après deux ternes matches nuls face à la Bolivie (1-1) et la Colombie (0-0), les Argentins sont plus proches de l'élimination dès le premier tour de la compétition que de la victoire finale. Pour éviter un psychodrame national, les hommes de Sergio Batista sont dans l'obligation de remporter leur ultime match du groupe A face au Costa Rica, dans la nuit de lundi à mardi. Une rencontre sous pression, devant un public de Córdoba qui ne pardonnera surement pas une nouvelle désillusion. Messi, cible de tout un pays Pour comprendre les raisons d'un tel fiasco dans ce début de Copa America, les supporters albicelestes se cherchent des coupables. Résultat ? Le principal responsable de ce naufrage n'est autre que Lionel Messi. Flamboyant avec son club du FC Barcelone, le meilleur joueur du monde n'est que l'ombre de lui-même avec sa sélection. Blâmé par certains de ses coéquipiers, critiqué par la presse locale, le prodige argentin a même goûté aux sifflets d'une partie du stade mercredi dernier après le triste match nul face à la Colombie. Depuis le départ du "Dieu" Diego, le public argentin cherche son digne successeur, celui capable à lui seul de sauver son équipe et de la porter sur le toit du monde. Dès les premiers pas du petit Messi, la comparaison avec son illustre aîné est devenue trop tentante et évidente. Tout le pays s'est alors mis à croire en la réincarnation de Diego Maradona. Mais les temps changent et le double Ballon d'Or déçoit, jusqu'au point d'être contesté... Pour venir au secours de son ancien protégé, Maradona a tenu à lui apporter son soutien. "L'Argentine n'a jamais attaqué et c'est lui qu'on accuse. On est très injuste avec Messi. Moi, je l'ai vu dans le vestiaire après le 4-0 de l'Allemagne (en quart de finale du Mondial 2010) et c'est lui qui pleurait le plus. Je veux le dire à tous les Argentins", a affirmé l'ancien sélectionneur argentin pour le quotidien Olé Chamboulement offensif Pour redynamiser son équipe, Sergio Batista a décidé de changer ses plans. La sélection albiceleste devrait en effet chambouler son secteur offensif pour adopter le schéma tactique du 4-2-3-1. Gonzalo Higuain, remplaçant lors des deux premiers matches, profite de cette réorganisation pour s'installer à la pointe de l'attaque argentine. Le joueur du Real Madrid sera soutenu par l'indéboulonnable Leo Messi, qui aura cette fois-ci trois joueurs devant lui. Bien timide depuis le début de la compétition, Carlos Tevez cède sa place à Angel Di Maria, véritable joueur de couloir, alors que Sergio Agüero éjecte Ezequiel Lavezzi sur le banc des remplaçants. Au milieu de terrain, Banega et Cambiasso sont également rétrogradés au profit de Gago, auteur d'une convaincante entrée face à la Colombie, qui épaulera le capitaine Mascherano. Messi et ses coéquipiers jouent gros ce lundi soir face au Costa Rica de l'Argentin Ricardo La Volpe. Après avoir battu la Bolivie (2-0), les jeunes Ticos peuvent espérer se qualifier pour la suite de la compétition grâce à un petit match nul. "Je sais qu'on peut se qualifier, on n'est pas venus se promener. Il faudra jouer à fond, et si j'ai des espaces, je pense pouvoir tenir tête à Zanetti ou qui que ce soit", a affirmé le défenseur Joel Campbell, buteur face à la Bolivie. L'Argentine n'a de toute façon plus le choix... Le double champion du monde devra montrer une tout autre image, sous peine de risquer une élimination prématurée... Dans la nuit de lundi à mardi, toute l'Argentine espèrera voir le messie guider l'Albiceleste vers les quarts de finale de sa Copa America.