L'Angleterre dicte sa loi

  • A
  • A
L'Angleterre dicte sa loi
Partagez sur :

Il n'y a pas eu d'exploit pour le Pays de Galles, qui, samedi, recevait à Cardiff son voisin anglais pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012: les hommes de Gary Speed se sont en effet inclinés 2-0, subissant leur quatrième revers en autant de matches dans les qualifications, tandis que l'Angleterre, qui a marqué par Lampard et Bent, se rassure et prend la tête du groupe G.

Il n'y a pas eu d'exploit pour le Pays de Galles, qui, samedi, recevait à Cardiff son voisin anglais pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012: les hommes de Gary Speed se sont en effet inclinés 2-0, subissant leur quatrième revers en autant de matches dans les qualifications, tandis que l'Angleterre, qui a marqué par Lampard et Bent, se rassure et prend la tête du groupe G. A moins d'une grosse contre-performance de ses troupes mardi prochain à Wembley face au Ghana en match amical, Fabio Capello va vivre une fin de saison sereine, lui dont la cote de popularité auprès des fans anglais épouse la courbe des résultats de son équipe. Ereinté par la critique en novembre dernier suite à la «balade» française à Wembley, le technicien italien a depuis retrouvé du crédit, d'abord suite à la victoire en amical au Danemark le mois dernier (2-1), ensuite ce samedi au terme d'un match à Cardiff que ses troupes auront facilement maîtrisé (2-0). Il faut dire que le Pays de Galles, seulement 116e nation mondiale au classement Fifa et privé de sa nouvelle star, Gareth Bale, n'était pas l'adversaire le plus redoutable pour les Three Lions, la formation de Gary Speed, appelé en fin d'année dernière pour succéder à John Toshack, traversant une période particulièrement difficile. Après ce quatrième revers en autant de matches de qualifications, elle sait d'ores et déjà qu'elle regardera l'Euro 2012 à la télévision, une fois de plus. Le match plié en un quart d'heure Pour contrarier l'Angleterre, qui restait sur un piteux match nul 0-0 face au Monténégro à Wembley dans ces éliminatoires (pour deux victoires auparavant probantes face à la Bulgarie et en Suisse), les Gallois auraient dû mettre autant d'agressivité sur le terrain que leurs supporters qui, au moment des hymnes, ont copieusement sifflé le God Save The Queen, s'attirant une réplique des fans anglais lorsqu'a retenti dans la foulée le Old Land of My Fathers. Echaudées par cette entrée en matière tendue, les deux équipes attaquent, crampons devant, ce 101e «derby» (désormais 65 victoires anglaises pour seulement 15 galloises), mais les hommes de Fabio Capello se chargent très vite de refroidir les ardeurs du Millennium Stadium. De son camp, Terry se lance dans une longue chevauchée vers la surface adverse, le relais avec son partenaire de Chelsea, Ashley Cole, lui permet de servir dans la surface Young, bousculé par J.Collins, M. Benquenrença désigne le point de penalty, Lampard prend Hennessey à contre-pied (7e) pour son 22e but en sélection. Entrée en matière réussie pour les Anglais qui mettent moins de dix minutes à enfoncer la tête de leurs adversaires sous l'eau: sur son côté droit, Johnson adresse un long ballon pour Young, oublié dans son couloir par D.Collins, le centre parfait de l'attaquant de Villa trouve Bent qui n'a plus qu'à pousser le cuir au fond des filets (15e). En un quart d'heure, la partie est pliée, les deux équipes arrêtant alors quasiment de jouer, avec très peu d'occasions de s'enflammer lors des 75 minutes restantes, hormis peut-être cette bonne occasion de Young (40e), ce tir au ras du cadre de Downing (88e) ou ces nombreux cartons (six, dont quatre pour les Gallois) sortis par l'arbitre portugais. A cinq minutes de la fin, le God Save The Queen retentit de nouveau dans le Millennium suivi des England ! scandés par les supporters «visiteurs», fêtant la victoire de leur équipe qui en profite du coup pour s'installer aux commandes du groupe G, à égailté de points avec le Monténégro, formation surprise du début de la campagne éliminatoire. Prochain rendez-vous pour les partenaires du jeune joueur d'Arsenal, Wilshere, très bon pour sa première titularisation: le 4 juin à Wembley face à la Suisse.