L'Allemagne sous le choc

  • A
  • A
L'Allemagne sous le choc
Partagez sur :

FOOT - Les hommages se succèdent en Allemagne, après le suicide du gardien international, Robert Enke.

Au lendemain de l'annonce du suicide du gardien international allemand, Robert Enke, l'Allemagne s'est réveillée sous le choc. De nombreuses personnalités, notamment du football, ont ainsi rendu hommage au portier de Hanovre, tandis que la rencontre amicale entre la Mannschaft et le Chili, prévu samedi, a été annulé.En ce jour de commémoration du 11 novembre, date de l'armistice de la "Grande guerre" qui fait la Une de tous les journaux en France, l'Allemagne a d'autres priorités. Du moins l'Allemagne du foot. La veille au soir, un drame s'est produit de l'autre côté du Rhin. Le gardien international de Hanovre, Robert Enke, 32 ans, s'est jeté sous un train faisant la liaison entre Hambourg et Brême, laissant derrière lui sa femme et la petite fille qu'ils avaient adoptée en mai dernier. Une fin qui attriste bien plus que le simple milieu du ballon rond.Surtout que la police allemande a découvert dans la voiture du joueur, garée à quelques mètres de la voie ferrée, un message qu'il avait pris soin d'écrire indiquant qu'il s'était bien suicidé. "Je peux confirmer l'existence d'une lettre d'adieu mais par respect pour la famille, nous n'en dirons pas plus", a déclaré Stefan Wittke, porte-parole de la police de Basse-Saxe. Cela n'empêche pas les hommages de pleuvoir. Le président de l'UEFA, Michel Platini, a ainsi adressé un courrier au président de la Fédération allemande. "C'est avec une grande consternation que j'ai appris la mort de Robert Enke, rédige-t-il. Et je souhaite transmettre mes sincères condoléances à sa famille, à la DFB et à son club, Hanovre 96. Dans de tels moments, il est simplement impossible de trouver les mots appropriés. On est sans voix et plein de chagrin. Mes pensées vont à sa famille et à ses coéquipiers: je leur souhaite courage pour surmonter cette épreuve."Platini: "Sans voix et plein de chagrin"Ses coéquipiers en équipe nationale ont préféré garder le silence. L'entraînement, prévu dans la journée, a été annulé, de même que la rencontre amicale face au Chili programmée samedi prochain. Robert Enke comptait huit sélections avec la Mannschaft et semblait favori pour occuper le poste de gardien de but à l'occasion de la prochaine Coupe du monde 2010, en Afrique du Sud. Mais l'homme était plus fragile que le joueur. C'est ce qui l'a poussé à un tel acte. Le décès de sa fille de deux ans en 2006, alors qu'elle était atteinte d'une malformation cardiaque, l'avait anéanti. Et même s'il faisait bonne figure sur les terrains de Bundesliga, la cicatrice n'était pas refermée. Depuis 2003, il était d'ailleurs suivi par des psychiatres. Leur diagnostic: une angoisse de l'échec. "Lorsqu'il était atteint de profonde déprime, c'était très dur car il n'avait pas de motivation ni d'envie de s'en sortir", a expliqué sa femme, Teresa. Cette dépression, Robert Enke l'avait cachée. Ce qui lui avait plutôt réussi sportivement puisqu'il a signé à Barcelone en 2002-03, après trois saisons au Benfica Lisbonne. Les joueurs catalans ont d'ailleurs observé une minute de silence mardi soir avant leur match en Coupe du Roi. Tenerife, où il avait été prêté avant une autre escale à Fenerbahçe, a également annoncé que son équipe porterait un brassard noir ce week-end en championnat. Des centaines de supporters de Hanovre, dont il était capitaine, se sont rassemblés devant le stade de l'équipe et devant les locaux du club. Ils ont déposé des fleurs et allumé des bougies pour lui rendre hommage. "Nous sommes en état de choc, explique Oliver Bierhoff, le manager de l'Allemagne. Il n'y a pas de mot pour décrire notre sentiment." Ou plutôt si. Un mot, un seul: adieu.