L'AC Milan piège le Real !

  • A
  • A
L'AC Milan piège le Real !
Partagez sur :

FOOT - L'AC Milan s'est complètement relancé en Ligue des Champions en s'imposant sur la pelouse du Real Madrid (2-3).

Malgré un début de saison moribond, l'AC Milan a réalisé une grosse performance samedi sur la pelouse du Real Madrid à l'occasion de la 3e journée de la Ligue des Champions. Les hommes de Leonardo se sont effet imposés 3 à 2 face aux Galactiques, à l'issue d'un match à suspense. Un résultat qui permet au club lombard de se relancer dans la course à la qualification au détriment de l'OM, pourtant vainqueur du FC Zürich (1-0). Le scénario parfait voulait que le Real Madrid confirme son statut de grand favori du groupe C en battant une équipe de l'AC Milan pataude depuis le début de la saison pour mettre un premier pied en huitièmes de finale et faire, par la même occasion, les affaires de l'Olympique de Marseille. La première partie de ce canevas imaginé par tous les supporteurs olympiens a été rédigée sans faute par l'OM, vainqueur à Zurich (1-0). La seconde a été barbouillée par des Milanais bien décidés à écrire leur propre histoire dans la compétition. Condamnés avant même d'avoir joué, les hommes de Leonardo ont rappelé ô combien le parfum de la Ligue des Champions avait chez eux des vertus régénératrices. Battu à la surprise générale par Zurich lors de la deuxième journée, le club lombard a redoré son blason dans l'un des plus bels écrins du Continent, celui qui accueillera la finale de la compétition en mai prochain. Celui-ci avait pourtant été rapidement souillé par un Dida dont l'intérim en l'absence de Marco Storari qui l'a supplanté dans les buts ne devrait pas s'éterniser. Alors que son équipe tenait le choc contre des Madrilènes jusqu'alors discrets, à l'image de Karim Benzema même si l'international aurait dû bénéficier d'un penalty pour une faute de Zambrotta dans sa surface (14e), le gardien brésilien a en effet commis l'irréparable. Sur une frappe anodine de Granero, ce dernier relâche le ballon de manière incompréhensible sous les yeux de l'inévitable Raul, en embuscade pour ouvrir la marque (19e, 1-0).Les erreurs de Casillas et DidaLa première étincelle du feu d'artifice à venir pour le Real Madrid ? Pas vraiment, les frappes de Diarra (44e) et de Marcelo (45e) ne restant que des pétards mouillés dans cette première période verrouillée des deux côtés. Les Madrilènes s'exposent en revanche à un exploit individuel, celui de Pirlo, auteur d'une frappe aussi sèche que soudaine des 35 mètres qui trompe Casillas, surpris (62e, 1-1). Pour son 100e match européen, le gardien international espagnol, peut être "inspiré" par son homologue milanais, s'offre dix minutes plus tard une "toile", une sortie approximative sur une ouverture d'Ambrosini qui se transforme en cadeau pour Pato, lequel inscrit son premier but dans la compétition et donne l'avantage à son équipe (66e, 1-2). Bernabeu est sonné par ce scenario mais le Real, jamais en manque d'inspiration, n'a pas dit son dernier mot. En bon capitaine, Raul, à la manoeuvre sur corner, sert sur un plateau Drenthe qui, totalement démarqué, a tout le temps d'ajuster un tir au ras du sol qui trompe Dida malgré un plongeon désespéré du portier milanais (76e, 2-2).Les honneurs reviennent finalement au meilleur espoir de Milan, le Brésilien Pato, qui, après un premier duel perdu face à Casillas, fusille le gardien madrilène suite à une ouverture lumineuse de Seedorf, parfait chef d'orchestre (88e, 2-3). Clap de fin, le Real Madrid concède sa première défaite en Ligue des Champions et permet à l'AC Milan de revenir à sa hauteur en tête du groupe C. Relégués à trois points, les Marseillais restent pour l'heure spectateurs de ce duel mais n'ont pas abandonnés l'idée de jouer les seconds rôles...