Kvitova, Master tchèque

  • A
  • A
Kvitova, Master tchèque
Partagez sur :

La saison 2011 de la WTA a rendu son verdict, et s'est conclue par la victoire de Petra Kvitova dans le Masters. La Tchèque a dominé en finale la Biélorusse Victoria Azarenka, à l'issue d'un intense combat de trois sets (7-6, 4-6, 6-3). Kvitova, qui termine la semaine invaincue, sera lundi prochain n°2 mondiale. La lauréate de Wimbledon en juillet termine l'année en patronne, à seulement 21 ans.

La saison 2011 de la WTA a rendu son verdict, et s'est conclue par la victoire de Petra Kvitova dans le Masters. La Tchèque a dominé en finale la Biélorusse Victoria Azarenka, à l'issue d'un intense combat de trois sets (7-6, 4-6, 6-3). Kvitova, qui termine la semaine invaincue, sera lundi prochain n°2 mondiale. La lauréate de Wimbledon en juillet termine l'année en patronne, à seulement 21 ans. Rarement un Masters n'avait semblé si ouvert et indécis, et pourtant une joueuse l'a dominé de la tête et des épaules. Cette joueuse, c'est Petra Kvitova, lauréate -invaincue- de l'épreuve aux dépens de Victoria Azarenka (7-6, 4-6, 6-3). La Tchèque est bien la valeur montante du circuit. Classée au-delà de la 30e place au classement WTA début janvier, la gauchère de Bilovec a donc tout connu cette année. Un premier titre en Grand Chelem, une première qualification pour le Masters, et une première couronne dans ce prestigieux rendez-vous. Son destin en rappelle un autre. Celui de Maria Sharapova, la dernière "débutante" à avoir remporté le tournoi des maîtres. C'était en 2004, et la Russe avait elle aussi remporté Wimbledon quelques mois plus tôt. Cette année, Sharapova, blessée, a traversé ce Masters comme une ombre. Elle qui pouvait rêver de la première place mondiale s'est fait chiper sa place de n°2 du circuit par Kvitova. Comme un symbole de passation de pouvoir ? On attendra pour en avoir la confirmation, mais cette finale stambouliote opposait deux des plus sérieuses prétendantes à la couronne de Caroline Wozniacki. Kvitova, donc, la seule joueuse à avoir remporté tous ses matches jusqu'à présent, et Azarenka, battue seulement par Marion Bartoli dans un match sans enjeu, et dominatrice en demi-finale contre Vera Zvonareva (6-2, 6-3). Deux jeunes joueuses (21 et 22 ans), probablement amenées à se rencontrer souvent dans les grandes échéances à venir, et qui se connaissent déjà bien. "Petra va chercher ses points, expliquait Azarenka avant cette finale. Elle a perdu des matches de façon un peu surprenante, mais quand elle est dans un bon jour, elle ne frappe que des coups gagnants. Je ne veux pas revenir sur nos derniers matches. A chaque fois elle était dans sa meilleure forme." Un sixième titre cette saison Ces fois-là, c'était notamment en finale à Madrid, sur terre battue, ou en demi-finale à Wimbledon, sur gazon. En indoor, Azarenka, si elle a vendu chèrement sa peau, n'est pas non plus parvenue à trouver la solution pour dompter la puissance de son adversaire. Dès les premiers points de cette finale, elle s'est retrouvée prise à la gorge, breakée puis double breakée. A 5-0, après seulement 20 minutes de jeu, on ne donnait pas cher de la Biélorusse. Et pourtant, à l'image de ce break concédé blanc (5-2), Kvitova a commencé à balbutier son tennis. Comme la veille contre Stosur dans la troisième manche, elle s'est crispée au moment de conclure. D'un coup, non seulement la Tchèque ne réussissait plus grand-chose, mais en plus elle ratait pratiquement tout. Cette balle de set gâchée à 5-2 n'a pas arrangé son moral, et Kvitova a donc dû attendre jusqu'au 12e jeu de cette première manche, pour enfin plier l'affaire sur une (rare) faute d'Azarenka, dans un cri libérateur (7-5). Le combat, en réalité, ne venait que de commencer. Et Azarenka continuait petit-à-petit d'élever son niveau de jeu, et de mettre la pression sur une Kvitova trop timide au service. Logiquement, la Biélorusse, finissait par recoller à une manche partout (6-4). Jamais Kvitova n'avait été autant bousculée cette semaine, mais la Tchèque a su se ressaisir au meilleur moment. Menée 0-40 sur le premier jeu, Kvitova renversait la vapeur avant de breaker dans la foulée, sur une nouvelle faute de son adversaire, ponctuée d'un cri strident, comme dans un remake de la première manche (0-2). Ce petit avantage suffira au bonheur de la révélation de l'année 2010 selon la WTA, qui a désormais bien confirmé depuis, avec ce sixième titre de la saison. Elle succède à Kim Clijsters.