Kvitova: "J'ai cru en moi"

  • A
  • A
Kvitova: "J'ai cru en moi"
Partagez sur :

Rayonnante à l'heure de répondre aux sollicitations de la presse, samedi, après son triomphe à Wimbledon aux dépens de Maria Sharapova (6-3, 6-4), Petra Kvitova n'en est pas moins restée sobre dans son analyse, faisant preuve comme sur le court d'une grande maturité. Si elle avoue ne pas encore réaliser totalement la portée de sa victoire du jour, la Tchèque assure qu'elle y était préparée.

Rayonnante à l'heure de répondre aux sollicitations de la presse, samedi, après son triomphe à Wimbledon aux dépens de Maria Sharapova (6-3, 6-4), Petra Kvitova n'en est pas moins restée sobre dans son analyse, faisant preuve comme sur le court d'une grande maturité. Si elle avoue ne pas encore réaliser totalement la portée de sa victoire du jour, la Tchèque assure qu'elle y était préparée. Petra, de quelle façon êtes-vous parvenue à prendre le dessus sur Maria Sharapova ? Je savais que je devais être la première à frapper fort et à marquer les points. J'ai essayé... Et j'y suis arrivée ! Par moments, mon service n'était pas terrible, donc j'ai dû tout faire pour garder le bon état d'esprit. Quelle sensation procure une victoire à Wimbledon ? C'est toujours un sentiment incroyable. Je réaliserai peut-être dans quelques jours... Votre père est-il toujours aussi nerveux lorsqu'il suit vos matches ? Je crois oui. Il est d'ailleurs toujours en train de pleurer! (sourire) Vous avez semblé extrêmement calme et concentrée durant toute cette finale. Comment avez-vous préparé ce match ? Comme n'importe quel match. Avec mon staff, on s'est dit que je jouais aujourd'hui un 8e de finale (sourire). C'est vrai que j'ai été surprise de voir de quelle manière je gérais ça : j'étais concentrée uniquement sur le point ou le jeu en cours, mais absolument pas sur le fait qu'il s'agissait de la finale, sur le trophée ou quoi que ce soit. J'en suis contente. Quel était votre plan de jeu face à Sharapova ? Je savais que le service et le retour seraient déterminants. Et je savais que Maria avait la capacité de très bien retourner... mais que je pouvais tout aussi bien retourner ses services, et qu'elle pouvait aussi commettre quelques doubles fautes. J'étais préparée à ce que le jeu aille vite, comme avec Azarenka. Quelle différence y a-t-il entre votre parcours ici l'an passé et cette année ? Vous vous étiez arrêtée en demi- finale lors de l'édition 2010... L'an dernier, je n'avais que très peu de chances de gagner en demie. Serena jouait tellement bien... J'étais jeune et je ne pensais vraiment pas pouvoir la battre. Ce qui était différent aujourd'hui, c'est que cette fois, j'ai senti que j'étais capable de m'imposer. "J'aime les finales, j'aime les gros matches" Avez-vous pu échanger quelques mots avec Martina Navratilova ou Jana Novotna ? Bien sûr. Elles étaient très heureuses. J'avoue que j'ai pleuré après les avoir rencontrées... Au moment de la balle de match, vous êtes-vous dit "Oh mon Dieu, je vais gagner le tournoi" ou "Evite à tout prix la double faute" ? Au début du jeu, je me suis dit qu'il fallait conclure, et je l'ai fait ! A 40-0, j'ai cru en moi. Mais je n'ai pas vraiment réalisé que j'avais une balle de match et que je servais pour le titre. Une fois cet ace réalisé, qu'avez-vous ressenti ? C'est vrai que j'ai fait un ace... Mais c'était mon seul ace du match, non ??! Je l'ai fait au bon moment ! (rires). Après cet ace, c'était juste... incroyable. J'étais tellement heureuse... C'est une sensation étrange. Vous êtes seulement la troisième gauchère de l'histoire à vous imposer à Wimbledon. Est-ce un avantage que d'être gauchère ici ? Si je ne suis que la troisième, je ne sais pas si l'on peut vraiment dire que c'est un avantage (rires). Mais en ce qui concerne le service, oui, je pense que ça l'est peut-être un peu. La rotation de la balle est légèrement différente, donc... Quel est la principale raison à votre victoire aujourd'hui ? Je pense avoir bien joué et avoir été présente sur les points importants. La qualité de mon retour y est certainement pour beaucoup aussi. A quel point votre succès d'aujourd'hui tient-il à votre aptitude à garder votre sang froid ? Vous êtes pourtant plus jeune que Maria Sharapova de trois ans, et possédez une expérience moindre... Je sais, mais j'aime les finales. J'aime les gros matches. L'an passé, j'avais atteint les demies. Cette année, j'ai bien joué à ce stade de la compétition et me suis hissée en finale. J'ai cru que je pouvais produire du bon tennis en finale, et je l'ai fait. "Encore beaucoup de travail" Quel compartiment de votre jeu souhaitez-vous encore améliorer ? Un peu tout... nous avons encore beaucoup de travail ! Votre jeu convient à toutes les surfaces (vainqueur aujourd'hui à Wimbledon (gazon), Kvitova a également atteint la finale lors du dernier Open GDF Suez (indoor) et gagné le Masters de Madrid (terre battue), ndlr). Vous remportez aujourd'hui votre premier titre en Grand Chelem...le premier d'une longue série ? Vous croyez ? (sourire)... J'essaye de bien jouer partout. Mon jeu a progressé, et c'est une bonne chose qu'il s'adapte à toutes les surfaces. Nous verrons bien dans le futur... Comment allez-vous fêter ce titre ? On verra... J'ai quelques jours off devant moi... Qu'allez-vous vous offrir avec le prize money ? Je ne sais pas encore. Je n'y ai pas encore réfléchi ! (sourire) A quel type d'accueil vous attendez-vous à votre retour en République Tchèque ? Je n'y pense pas trop. Mais j'ai bien sûr hâte d'y être ! Allez-vous suivre la finale Messieurs opposant Rafael Nadal à Novak Djokovic demain après-midi ? Je ne sais pas. En tout cas, je n'ai pas de favori. Je pense que ce sera ouvert... 50/50...