Kuranyi, le mal aimé

  • A
  • A
Kuranyi, le mal aimé
@ Reuters
Partagez sur :

FOOTBALL - Le joueur de Schalke devra mener son équipe à la victoire face à Fribourg.

FOOTBALL - Le joueur de Schalke devra mener son équipe à la victoire face à Fribourg. Kevin Kuranyi a débuté l'été dernier sa neuvième saison en Bundesliga et déjà son compteur affiche 104 réalisations. La dernière en date, c'était le week-end passé devant Hoffenheim, lors de la 20e levée (2-0). Un onzième but en 19 matches – dont 17 titularisations – qui vaut à l'intéressé d'occuper à l'heure actuelle le deuxième rang des canonniers du pays, à deux longueurs du renard de Leverkusen, Stefan Kiessling. C'est dire le rôle que joue le natif de Rio dans le joli parcours de Schalke 04 jusqu'alors. Auteur d'un doublé dès la première journée, tandis que le club de la Ruhr se déplaçait à Nuremberg (1-2), Kevin Kuranyi a pourtant connu une panne sèche en début d'exercice, contraint ensuite au mutisme jusqu'au neuvième acte. Seulement depuis lors, l'ancien attaquant de Stuttgart a repris du poil de la bête, lui qui reste notamment sur cinq buts en six matches de championnat. Et la cote de Schalke n'a cessé de grimper en flèche puisque l'équipe de Gelsenkirchen a tout juste laissé échapper deux points lors de ses six dernières sorties. Magath: "Kevin voulait atteindre quelque chose sportivement avec nous cette saison" Aujourd'hui troisième de Bundesliga, à trois points d'un Bayer leader qui compte deux unités de plus que le Bayern, Schalke se doit d'arracher son ticket pour la Ligue des Champions en fin de saison. C'est là une question de survie. "Notre budget salarial est calculé en fonction d'une qualification en Ligue des Champions", avouait Felix Magath la semaine passée, avant de lier le dessein de son équipe au destin de son buteur vedette: "Si nous nous qualifions, nous empocherons 25 millions d'euros et pourrons discuter avec Kuranyi." A côté d'une offre maximum de quatre millions d'euros formulée cet hiver par Sunderland, à six mois de l'expiration du contrat du banni de la Mannschaft, la perspective d'une telle cagnotte laisse à penser que Schalke n'aura finalement pas réalisé une si mauvaise affaire en conservant bon gré mal gré dans ses rangs un Kevin Kuranyi qui, de toute façon, n'avait pas l'intention de changer d'air durant le mercato.