Kubica, les Polonais y croient

  • A
  • A
Kubica, les Polonais y croient
@ MAXPPP
Partagez sur :

F1 - La Pologne espère le retour de son pilote. En partie grâce à des reliques de Jean-Paul II.

Lotus Renault a beau avoir décroché un podium, dimanche, lors du premier Grand Prix de la saison de F1, en Australie, cela n'a guère dû émouvoir les Polonais. Eux n'ont d'yeux que pour leur pilote Robert Kubica, gravement accidenté le 6 février dernier sur un rallye régional en Italie et forfait pour ce début de saison. Opéré du pied, de l'épaule et du coude droits ainsi que de l'humérus, Kubica a frôlé la mort. Depuis, son état va en s'améliorant.

L'état de la voiture traduit la violence du choc :

Les Polonais espèrent désormais que leur compatriote, premier Polonais à remporter un GP de F1, au Canada, en 2008, connaîtra une période de convalescence la plus courte possible. Et pour cela, ils sont près de la moitié (47%) à penser que des reliques du pape Jean Paul II vont l'y "aider", selon le résultat d'un sondage publié mardi.

Renfermée dans un reliquaire, une goutte de sang et un morceau d'étoffe d'un habit de Jean-Paul II ont été transmis au pilote par le cardinal Stanislaw Dziwisz, l'archevêque de Cracovie, quelques jours après son accident. Pour autant, ils sont un gros tiers (34%) à ne pas croire aux effets bénéfiques des reliques sur la santé du pilote tandis que 19% des sondés sont sans opinion sur la question, selon l'étude de l'institut OBOP effectuée du 3 au 6 mars sur un échantillon de 1.000 personnes de plus de 15 ans.

L'état de Kubica fait polémique

Toujours soigné à l'hôpital Santa Corona de Pietra Ligure, dans le nord de l'Italie, Kubica a, lui, suivi le GP d'Australie dimanche et n'a pas manqué de féliciter son coéquipier russe, Vitaly Petrov, qui a décroché son premier podium en F1. "Robert a regardé la course comme un enfant regarde son Disney favori", a affirmé le manager du Polonais, Daniel Morelli, au quotidien italien La Stampa. En février dernier, le Polonais avait d'ores et déjà annoncé qu'il espérait "revenir plus fort". Pour un homme qui a failli être amputé d'une main, ce serait un miracle.