Kubica et le lotus rouge

  • A
  • A
Kubica et le lotus rouge
Partagez sur :

La bienveillance affichée par Eric Boullier et Lotus Renault à l'égard de Robert Kubica a vécu. Alors que le manager de la future écurie Lotus assurait le pilote de son soutien il y a trois semaines encore, celui-ci reconnaît ouvertement aujourd'hui que le Polonais n'entre plus dans les plans de son team. Et la presse italienne et espagnole d'envoyer Kubica chez les rouges de Ferrari...

La bienveillance affichée par Eric Boullier et Lotus Renault à l'égard de Robert Kubica a vécu. Alors que le manager de la future écurie Lotus assurait le pilote de son soutien il y a trois semaines encore, celui-ci reconnaît ouvertement aujourd'hui que le Polonais n'entre plus dans les plans de son team. Et la presse italienne et espagnole d'envoyer Kubica chez les rouges de Ferrari... "Tout le monde dans l'équipe est déçu aujourd'hui. On espérait que Robert soit au volant en Australie au début de la saison prochaine. Mais il a pris une décision réfléchie, agissant au mieux des intérêts de Lotus Renault. En tant qu'équipe et en tant que famille, nous restons à 100% derrière lui et nous ferons tout notre possible pour l'aider. Robert remontera dans sa voiture de course lorsqu'il jugera le moment opportun." Il y a trois semaines, ce communiqué signé de la main d'Eric Boullier se voulait sans ambiguïté. Malgré l'engagement tout frais alors de Kimi Räikkönen, Lotus Renault demeurait l'écurie de Robert Kubica, lequel demandait simplement davantage de temps pour retrouver toutes ses facultés de pilote d'élite, dix mois après son terrible accident de rallye. Depuis le team en question a fait de Romain Grosjean un titulaire à part entière, complétant ainsi son line-up pour la saison 2012. Et Eric Boullier d'avouer: "Concernant Kubica, on en est au point zéro pour l'instant. Je ne sais pas s'il y aura un futur entre Lotus Renault et Robert. Nous avons deux titulaires, on verra pour un troisième pilote plus tard." Un pilote réserviste qui pourrait bien être Bruno Senna, le remplaçant de Nick Heidfeld et ex coéquipier de Vitaly Petrov sous l'estampille du losange. "C'est une possibilité pour Bruno s'il ne trouve pas de volant ailleurs, admet le manager de la future écurie Lotus. C'est quelqu'un qui peut donner de très bons retours sur le plan technique et on put envisager de le faire rouler le vendredi." Le message est clair, Robert Kubica ne fait plus partie des plans de l'équipe d'Enstone. "Nous avons patienté pour comprendre ses projets, assure Eric Boullier auprès de la BBC. Nous souhaiterions nous asseoir à une table avec lui et avec son agent pour voir ce qu'il est possible de faire pour le ramener à la F1. Nous, nous avons nos deux pilotes et nous ne souhaitons pas en changer." Ambition oblige... "Le plan, c'est d'être champion du monde dans deux ou trois ans, ajoute le responsable français. Cela correspond à la volonté exprimée par Genii, le propriétaire, qui souhaite revenir au sommet de la hiérarchie." Selon La Gazzetta dello Sport, Robert Kubica ne serait pas dépourvu pour autant de perspectives d'avenir en F1. Le quotidien sportif italien, comme le journal espagnol As, laisse entendre ce lundi qu'un accord aurait d'ores et déjà été trouvé entre le Polonais et une Scuderia Ferrari désireuse de trouver au plus vite un successeur à Felipe Massa. Le retour de l'intéressé aux affaires serait programmé pour le printemps 2012, au Mugello et au volant d'un cheval cabré aux spécifications 2010, pour une rentrée sur les circuits du championnat en 2013. Reste à savoir si Lotus, d'ici là, tiendra ses engagements. En mettant à disposition d'un pilote dont le contrat expire au 31 décembre prochain la monoplace et la soufflerie promises il y a peu...