Kubica devrait piloter chez Renault

  • A
  • A
Kubica devrait piloter chez Renault
Partagez sur :

F1 - Robert Kubica serait tout proche de rejoindre l'écurie Renault et de devenir le remplaçant de Fernando Alonso.

Renault tient manifestement le remplaçant de Fernando Alonso. Selon une information parue mardi dans Le Figaro, la firme au losange se serait d'ores et déjà entendue avec Robert Kubica pour que ce dernier intègre ses rangs en 2010. Le transfert annoncé de Fernando Alonso de Renault à Ferrari promettait de faire des vagues. En voici une: Robert Kubica s'engagera officiellement en faveur de l'écurie au losange dans les prochains jours. Un mouvement qui ne faisait guère plus de doutes ces dernières heures mais dont les tractations se sont subitement accélérées à l'issue du Grand Prix du Japon disputé ce week-end. A un point tel que, selon une information parue mardi dans les colonnes du Figaro, il ne manquerait aujourd'hui au dossier que la "clearance" de BMW-Sauber. Comprenez la permission d'officialiser la nouvelle. Ouvertement courtisé par Renault depuis que le départ du Taureau des Asturies pour la Scuderia était acquis - "Nous avons de bonnes chances de l'engager", avait notamment avoué Bob Bell, directeur par intérim du team, à Suzuka – Robert Kubica était également pressenti, et ardemment souhaité, du côté de Toyota, où Jarno Trulli n'est plus en odeur de sainteté.Avec Grosjean en 2010 ?Menacé de se retrouver sans volant en 2010 du fait du retrait annoncé de BMW-Sauber à l'issue de la saison, Robert Kubica n'avait lui pas caché son attrait pour l'écurie McLaren, où Heikki Kovalainen ne fait plus l'unanimité non plus. Mais à en croire les deniers échos de radio paddock, c'est un autre Finlandais, Kimi Räikkönen, chassé par Fernando Alonso de Ferrari, qui tiendrait la corde à l'heure actuelle pour piloter la seconde Flèche d'argent au côté de Lewis Hamilton.Conscient de cette probable union future, Robert Kubica s'est donc naturellement orienté vers une option Renault qui lui garantit par ailleurs le statut de leader dont il était auréolé chez BMW. A 24 ans, celui qui s'était révélé en 2008 en remportant le Grand Prix du Canada et en luttant jusqu'au bout pour le gain du titre de champion du monde – il échouera finalement au 4e rang – trouve là une issue de secours à la mesure de son talent, lui qui n'aura pu s'exprimer cette année au volant d'une BMW capricieuse. Reste à connaître l'identité de son futur coéquipier. Pur produit de la pépinière du losange, Romain Grosjean n'a en effet aucune garantie à ce jour quant à son avenir en F1.