Krumbholz: "Un bilan plutôt positif"

  • A
  • A
Krumbholz: "Un bilan plutôt positif"
Partagez sur :

L'équipe de France a réalisé un sans-faute. Après son étincelante victoire face à la Norvège, vendredi soir à Toulon (29-18), les Françaises ont remis ça ce dimanche à Nîmes lors du second test-match (29-19. L'entraineur de l'équipe de France, Olivier Krumbholz, est revenu pour nous sur cette belle performance qui vient conclure trois semaines de stage intensifs à La Toussuire puis à Brommat. Même si le Mondial brésilien (du 3 au 19 décembre)est présent dans tous les esprits, les Tricolores rêvent déjà des Jeux de Londres avec l'objectif de ramener une médaille olympique.

L'équipe de France a réalisé un sans-faute. Après son étincelante victoire face à la Norvège, vendredi soir à Toulon (29-18), les Françaises ont remis ça ce dimanche à Nîmes lors du second test-match (29-19. L'entraineur de l'équipe de France, Olivier Krumbholz, est revenu pour nous sur cette belle performance qui vient conclure trois semaines de stage intensifs à La Toussuire puis à Brommat. Même si le Mondial brésilien (du 3 au 19 décembre)est présent dans tous les esprits, les Tricolores rêvent déjà des Jeux de Londres avec l'objectif de ramener une médaille olympique. Olivier, êtes-vous satisfait du travail accompli par vos joueuses ? J'ai préféré ce match à celui de vendredi. J'ai trouvé cette rencontre plus engagée car les Norvégiennes ont tenté de réagir. Elles ont modifié beaucoup de choses et elles nous ont posé des problèmes mais la défense est restée stable. De plus, la gardienne, Amandine Leynaud a été extraordinaire, cela aide bien aussi. Je pense que notre jeu d'attaque progresse même s'il y a encore des maladresses. Mais ce qui est décevant, c'est encore trop d'échecs au tir long. Reproduire un match de qualité en 48 heures, c'est une bonne chose. On est satisfait d'avoir bien fini cette période de travail. J'espère que cela va leur donner l'ambition de continuer et peut-être les décomplexer par rapport aux Norvégiennes même si cette équipe scandinave n'était pas au complet. Quel bilan faites-vous de cette préparation ? Le bilan est plutôt positif malgré quelques blessures. On devrait être au complet, ce qui est une chose importante. Les joueuses ont bien travaillé physiquement. Maintenant d'un point de vue handballistique, c'est un peu difficile car on leur en demande beaucoup. Les organismes sont fatigués.. Mais, elles ont compris qu'avec de la méthode, elles pouvaient progresser. Mais on va continuer à travailler pour leur proposer des solutions concernant le tir. C'est une équipe qui a de la puissance et si elle arrive à l'exprimer sur un jeu simple avec des écartements, on pourrait être déjà performant au Brésil. Selon vous, qu'est ce qui a fait la différence dimanche soir face à la Norvège ? La classe d'Amandine Leynaud associée à sa défense reste la meilleure des garanties. Ainsi que les montées de balles où Siraba Dembélé a fait une première mi-temps extrêmement brillante. Des performances comme celle-là, c'est très rassurant. "Si vous voulez allez aux JO, il faut être performant sur le dernier Mondial" Même l'attaque tricolore progresse, cela veut-il dire que les Bleues sont sur la bonne voie ? Même si on a l'impression que cela bafouille, les Scandinaves ont bafouillé encore plus leur jeu. On ne peut pas non plus marquer un but sur chaque attaque placée. Il faut accepter de perdre quelques ballons et de faire des erreurs. Je suis satisfait mais on peut faire mieux. Dimanche soir face aux Scandinaves, le public de Nîmes vous a-t-il donné des ailes ? C'était un bel événement, il y avait du monde. Je remercie le public de s'être déplacé dans une période qui n'est pas très simple. C'est bien que les filles sentent qu'il y a du bien que les filles sentent qu'il y a du public derrière elles. C'est bien qu'il les aient poussé. Maintenant, quels vont être les moments forts de votre saison ? En septembre, il y a la Worldcup au Danemark. Ensuite en octobre, on a le tour de qualification comptant pour le prochain Championnats d'Europe face à la Turquie en France avant de jouer la Lituanie à l'extérieur. Après, on attaquera le Tournoi de Paris avant de s'envoler directement pour le Brésil et les Championnats du monde qui restent une compétition importante. Si vous voulez allez aux Jeux Olympiques, il faut être performant sur le dernier Mondial pour aller à Londres l'an prochain. Le véritable objectif, ce sont les Jeux car c'est tellement important en terme de visibilité médiatique et en terme d'émotion pour les joueurs, les dirigeants et le staff. On voudrait y aller. Le plus dur, c'est de se qualifier. On ne voudra pas reproduire les erreurs du passé car cette fois-ci, on a la sensation d'avoir une équipe candidate au podium olympique... "On pense tout le temps aux Jeux" L'effectif est-il au complet à l'approche des échéances internationales à venir ? On cherche à stabiliser au maximum cette équipe de France avec un groupe d'une vingtaine de joueuses. Depuis quelques mois, on évite de faire des rotations. Je ne pense pas qu'il y aura de nouvelles entrées avant les Jeux Olympiques de Londres. Tout est réuni pour qu'elle fasse une bonne saison. Mais dans un Championnat du monde, c'est différent, on a été en difficulté sur le poste du pivot. Elles continuent d'apprendre et elles ont appris dans ce genre de confrontation. Mais c'est un groupe sain avec des leaders naturels, ce soir (dimanche), on a vu Siraba Dembélé. Cela à couté à tout le monde de rester plus de 20 jours mais c'est le prix à payer pour faire de belles choses ensemble. Quels sont les objectifs pour ces Championnats du monde au Brésil ? Le plus important, c'est de d'arracher une place en demi-finale pour décrocher une médaille. Cela nous permettrait de recevoir lors du Tournoi de qualification pour les Jeux Olympiques. Tout le monde va viser une place en demi. Vos joueuses pensent déjà aux Jeux Olympiques ? Vous savez, on y pense tout le temps. A peine une olympiade terminée, on veut y retourner. Certaines joueuses n'étaient pas présentes à Pékin ou celles qui ont souffert de la défaite de peu. C'est pour cette raison que l'on garantit des résultats afin de ne pas avoir un comportement aléatoire pour gagner ou perdre de 2 buts. Dimanche face à la Norvégienne, elles ne se sont pas contentées de gagner mais elles ont gagné avec de la manière.