Krumbholz: "En ordre de bataille"

  • A
  • A
Krumbholz: "En ordre de bataille"
Partagez sur :

L'équipe de France repart en campagne. Les Tricolores affronteront ce mercredi la Turquie à Metz, puis la Lituanie, dimanche à Alytus, pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012. Pour cette occasion, Olivier Krumbholz, revient sur ce premier match capital face aux Turques afin de bien débuter ces qualifications. Mais le technicien français se projette déjà vers le Mondial au Brésil, en décembre prochain.

L'équipe de France repart en campagne. Les Tricolores affronteront ce mercredi la Turquie à Metz, puis la Lituanie, dimanche à Alytus, pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012. Pour cette occasion, Olivier Krumbholz, revient sur ce premier match capital face aux Turques afin de bien débuter ces qualifications. Mais le technicien français se projette déjà vers le Mondial au Brésil, en décembre prochain. Olivier, comment allez-vous préparer ces deux premières rencontres comptant pour les qualifications de l'Euro 2012 ? On a besoin de remettre en place notre jeu. On va devoir fournir mardi et mercredi de bons entraînements, afin de se souvenir de tous les systèmes de jeu collectifs de l'équipe de France. Quels axes de travail ont été plus particulièrement mis en place ? Depuis le mois d'avril, on a changé beaucoup de choses. On va continuer à travailler notre attaque. On va peaufiner les réglages et mettre des joueuses sur des postes différents de ceux qu'elles connaissent en club. Il va falloir aussi se mettre d'accord assez rapidement sur ce que l'on va faire en défense. On n'est pas obligé de retravailler tout le temps notre défense mais quelques réglages s'imposent pour aborder cette équipe turque avec beaucoup de sérieux et d'humilité, car elle pourrait bien nous poser quelques problèmes. Quels sont les objectifs pour ces éliminatoires de l'Euro 2012 ? On vise la première place de notre poule. C'est un objectif ambitieux et réaliste. Après, je ne sais pas si on arrivera à remporter tous les matches. Il y aura des rencontres piégeuses comme les déplacements en Macédoine et en Turquie, voire en Lituanie. "En attaque, c'est difficile de masquer les lacunes individuelles" Comment vos joueuses abordent-elles ce premier match face à la Turquie ? Lorsqu'on est favori, il faut bien débuter car elles savent que cette qualification est vitale. Il y a beaucoup d'envie quand elles reviennent en équipe de France mais aussi de la fatigue. J'espère qu'elles vont vite se mettre en ordre de bataille car la Turquie est une équipe difficile à jouer. Il ne faudrait pas une équipe de France en demi-teinte car cela pourrait bien nous causer des soucis. Quelles vont être les clés de cette rencontre ? Sur le plan du jeu, notre défense, qui reste notre point fort, va être la base de notre succès. De plus si on défend bien, nous aurons de bonnes balles de contre-attaque. Pour nous, il y a un véritable enjeu sur l'amélioration de notre attaque. Cela a été très inconstant lors de la World Cup (en septembre dernier, ndlr). Nous aimerions bien commencer à tirer les bénéfices du travail effectué depuis le mois d'avril. On aura besoin d'une équipe qui a une certaine fraîcheur et vivacité en défense. Si ce n'est pas le cas, ce sera très difficile face à ces Turques. L'attaque tricolore vous pose-t-elle encore des problèmes ? C'est difficile de masquer les lacunes individuelles même si on arrive à faire des miracles en défense mais on y travaille. Elles ont beaucoup de talent mais c'est souvent gâché par des fautes grossières. C'est une fin de saison chargée pour les joueuses, allez-vous faire tourner votre effectif face à la Turquie ? S'il y a des joueuses qui sont touchées ou qui ont des problèmes physiques, nous n'allons pas les mettre en danger. Sinon, on va jouer avec les meilleures. Avez-vous déjà les yeux tournés vers le Mondial brésilien ? Tout le monde y pense car ce sera une compétition difficile avec le pays hôte dans notre poule. Mais les Mondiaux reste l'élément clé pour la qualification olympique.