Koscielny l'apprenti

  • A
  • A
Koscielny l'apprenti
Partagez sur :

Joueur à la trajectoire fulgurante, Laurent Koscielny est le petit nouveau de la sélection de Laurent Blanc pour affronter le Brésil, en match amical, mercredi soir au Stade de France. Le défenseur central, qui foulait encore les pelouses du National il y a trois ans, est le fruit d'un parcours atypique qui l'a fait passer de Tours à Lorient puis Arsenal l'été dernier.

Joueur à la trajectoire fulgurante, Laurent Koscielny est le petit nouveau de la sélection de Laurent Blanc pour affronter le Brésil, en match amical, mercredi soir au Stade de France. Le défenseur central, qui foulait encore les pelouses du National il y a trois ans, est le fruit d'un parcours atypique qui l'a fait passer de Tours à Lorient puis Arsenal l'été dernier. Koscielny qui ? Pour ceux qui ne sont pas au fait de l'actualité de l'équipe de France de football, Laurent Koscielny est le petit nouveau des Bleus, retenu jeudi dernier par Laurent Blanc dans le groupe appelé à défier le Brésil en match amical. Evoluant à l'échelon du National en 2007-2008, puis en Ligue 2 la saison suivante toujours sous le maillot de Tours, ce défenseur de 25 ans se démarque de la plupart des internationaux français par son parcours assez original. "Oui j'ai un parcours atypique, révélait-il lundi après-midi à Clairefontaine. Je suis arrivé tard dans un centre de formation à Guingamp. Je n'ai pas su m'y imposer, il y avait énormément de concurrence à mon poste avec des joueurs plus expérimentés. Aller à Tours en National c'était un choix. J'avais besoin de temps de jeu. Daniel (Sanchez, son entraîneur de l'époque) m'a donné ma chance. Je ne le regrette pas." Recruté par Lorient il y a un an et demi, Koscielny n'aura foulé les pelouses de Ligue 1 qu'une saison. Repéré par Arsène Wenger, le Corrézien a rejoint Arsenal l'été dernier, paraphant un contrat de quatre ans moyennant une indemnité de 10 millions d'euros. Une ascension vertigineuse qui ne perturbe pas le jeune homme. "Je suis conscient de ma progression mais je ne me projette pas, précise-t-il. Je prends les choses comme elles viennent. C'est vrai que ça a été vite. Mais j'ai bossé dur pour pouvoir en arriver là. Que ce soit avec Tours, Lorient ou Arsenal." Chez les Gunners, il a vite trouvé sa place, au point de devenir titulaire d'une défense à l'accent très frenchy avec Bakary Sagna et Gaël Clichy, et parfois Sébastien Squillaci. Ses performances individuelles alliées aux bons résultats d'Arsenal ont donc résulté sur cette première sélection en équipe de France. "Le plus dur c'est d'y rester" Il ne s'y attendait pas trop. "Je ne me faisais pas trop à l'idée d'être sélectionné. Je n'avais pas envie d'avoir de regrets donc je ne me prenais pas trop la tête avec ça. C'est vrai que depuis deux, trois mois je me sens de mieux en mieux à Arsenal. Mais ce n'est qu'une première. Le plus dur c'est d'y rester." Voilà son nouveau défi, et Koscielny compte bien profiter à fond de cette première convocation. "C'est un rassemblement assez court. Mais je pense que je vais progresser au quotidien pendant ces trois jours." S'il ne sera de manière quasi certaine pas aligné d'entrée par Laurent Blanc, qui accorde toute sa confiance à la charnière Mexès-Rami, l'ancien Lorientais salive à l'idée d'affronter le Brésil. "C'est un match de gala. Deux grandes nations du football qui s'affrontent. Même si ce n'est qu'un match amical, l'équipe de France aura à coeur de le gagner." D'origine polonaise, sélection qu'il aurait pu honorer - "mais j'ai préféré attendre. Je ne renie pas mes origines mais elles sont pour moi trop lointaines pour pouvoir jouer pour ce pays." -, Koscielny s'apprête à vivre en l'espace de huit jours deux grands rendez-vous. S'il ne jouera sans doute pas un grand rôle face à la Seleçao, le Français, qui estime avoir surtout progressé dans l'impact physique depuis qu'il a rejoint l'Angleterre, sera au coeur d'Arsenal-Barcelone le mercredi suivant en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Il semble loin le temps du National. Et pourtant pas tant que cela.