Koscielny au paradis

  • A
  • A
Koscielny au paradis
@ Reuters
Partagez sur :

PREMIER LEAGUE - Le défenseur français d'Arsenal s'épanouit en Angleterre.

PREMIER LEAGUE - Le défenseur français d'Arsenal s'épanouit en Angleterre. Arsène Wenger aurait tort de se priver. Depuis sa prise de fonction en 1996, il est difficile de recenser précisément le nombre de joueurs que le manager d'Arsenal est allé piocher en France. Mais la recette fonctionne, alors à quoi bon ? Ses deux dernières acquisitions, Laurent Koscielny et Marouane Chamakh, semblent en tout cas partis pour réussir eux aussi la traversée du Channel. Si le départ du Marocain vers la Premier League était prévisible, tant il possède le profil pour s'y régaler, la trajectoire de Koscielny est, elle, plus inhabituelle. Avec le recul, la carrière du natif de Tulle a sans doute connu un tournant avec la relégation du FC Nantes, fin 2009. Alors que son transfert de Tours vers les bords de l'Erdre semblait acquis, Koscielny, désireux de découvrir l'élite, a finalement opté pour Lorient. Bien lui en a pris. Sous les ordres de Christian Gourcuff, ce défenseur central au physique "normal" (1m 85 "seulement") s'est affirmé. Son sens du placement, sa qualité dans les duels, sa détente et son timing ont tapé dans l'oeil d'Arsène Wenger, qui n'a pas hésité à lâcher plus de 10 millions d'euros pour un joueur inconnu outre-manche. Comme à son habitude, Koscielny n'a pas eu besoin de temps d'adaptation. Au contraire, il se régale. "C'est un gros combat, à moitié fait de bluff, à moitié de jugement. J'aime le défi physique de la Premier League et je n'ai peur de rien. Je ne connaissais pas l'intensité de ce championnat mais désormais je l'ai expérimenté, ressenti et je l'apprécie", avoue-t-il dans les colonnes du Daily Telegraph. Et sous sa conduite (il a été titulaire à trois reprises en Premier League et une fois en Ligue des champions), Arsenal s'est enfin trouvé une défense digne du prétendant au titre qu'il est, chose après Wenger coure depuis les Invincibles (*). "La seule chose que vous pouvez dire, c'est que pour gagner la Premier League, il faut être stable derrière. C'est bien sûr un défi très important que nous devons relever. L'équipe s'améliore à l'heure actuelle et la défense progresse au fil du temps", a d'ailleurs admis Wenger après la victoire contre Bolton (4-1). Blanc : "S'il s'impose à Arsenal..." Et si, après avoir fait du bien à la défense d'Arsenal, Koscielny venait renforcer la charnière centrale de l'équipe de France ? L'intéressé, dont le grand-père est Polonais, a fait des Bleus sa priorité. Et l'idée a également effleuré Laurent Blanc. "Cette année, il saute un pas important à Arsenal. On va voir d'abord s'il est titulaire à Arsenal, s'il s'impose à Arsenal, il aura certainement la possibilité d'intégrer le groupe France", avait glissé le sélectionneur dont la défense constitue le principal chantier. A l'heure actuelle, Rami, Méxès et Sakho ont pris de l'avance, mais Koscielny fait partie des solutions plus que crédibles si le Romain ou même le Parisien venaient à connaître une période difficile prolongée dans leur club. Encore faut-il que les choses restent en l'état pour le Gunner. Car l'arrivée en toute fin de mercato d'un autre Français (et toujours postulant au maillot bleu), Sébastien Squillaci, a quelque peu modifié la donne. Et Koscielny n'aura pas beaucoup le droit à l'erreur. S'il reconnaît que l'ancien Merlu possède les "qualités naturelles" pour s'imposer à ce niveau, Dominic Field, du Guardian, estime que son début de saison a oscillé entre "le sublime et le ridicule". A Anfield, lors de la première journée, Koscielny a rayonné pendant une bonne partie de la rencontre avant d'être expulsé –sévèrement- dans le temps additionnel. A Blackburn, pour son retour, il est débordé par El-hadji Diouf sur le seul but des Rovers, malgré la victoire des Gunners (2-1). Puis face à Bolton (4-1), il inscrit son premier but avant de manquer une tête en retrait dont découlera le but d'Elmander. Ainsi, pour le journaliste anglais, "il ne serait pas étonnant que Vermaelen et Squillaci deviennent les deux titulaires, au moins à court terme". Samedi, Arsenal se déplace à Sunderland. Avec le retour du Belge, blessé contre Braga cette semaine en Ligue des champions, la défense des Canonniers est au complet. Avec ou sans Koscielny ? (*) Surnom donné à l'équipe d'Arsenal championne d'Angleterre en 2003-2004, et restée invaincue pendant 38 journées