Koné, la belle histoire

  • A
  • A
Koné, la belle histoire
Partagez sur :

Seule recrue de l'été pour le moment à l'Olympique Lyonnais, Bakary Koné s'est d'ores et déjà mis en valeur, mercredi, en égalisant face au Rubin Kazan, en barrages retour de la Ligue des champions (1-1). Un but qui vaut de l'or pour le Burkinabé, qui évoluait en National il y a encore trois mois.

Seule recrue de l'été pour le moment à l'Olympique Lyonnais, Bakary Koné s'est d'ores et déjà mis en valeur, mercredi, en égalisant face au Rubin Kazan, en barrages retour de la Ligue des champions (1-1). Un but qui vaut de l'or pour le Burkinabé, qui évoluait en National il y a encore trois mois. Quand la réalité dépasse la fiction. Alors qu'il y a deux mois il reprenait tranquillement l'entraînement à Guingamp, pour vivre sa cinquième saison en Ligue 2 après une année de purgatoire en National, pas sûr que Bakary Koné se voyait en héros sur les planches européennes. C'est pourtant ce costume que le Burkinabé a enfilé, mercredi, en égalisant face au Rubin Kazan, à la 87e minute, pour définitivement soulager l'état-major rhodanien. "C'est vrai qu'il y a le rêve et aujourd'hui je vis la réalité", reconnaît le défenseur sur le site officiel du club, alors que la qualification de l'OL pour la phase de poules de la Ligue des champions, la douzième de rang, est synonyme de dix-huit millions d'euros en plus dans les caisses du club. Un conte de fée, donc. Une histoire qui démarre au début du mois d'août, alors que Lyon voit son secteur défensif déplumé, avec les blessures de Cris et John Mensah. "Ce transfert s'est accéléré au vu des péripéties, mais on le suivait depuis longtemps. Il a une marge de progression importante, il est bon dans le domaine aérien et la relance", explique alors Rémi Garde, à propos d'un bonhomme qui n'a encore jamais joué un seul match en Ligue 1. Deux jours plus tard, l'ancien Guingampais est bien sur la pelouse face à Ajaccio, dans la peau d'un titulaire, pour un apprentissage express. Lacombe: "Un futur grand défenseur" Trois rencontres plus tard, le voilà donc propulsé sur le devant de la scène, avec ce but salvateur. "Je suis monté sur le corner au point de penalty. J'ai pris appui et trompé le gardien, raconte le joueur, qui ne veut surtout pas s'enflammer. Je dois continuer d'apprendre et me concentrer sur ce qu'il y a à faire". Pour fêter ce but, le Burkinabé est donc resté soft. "Dans le vestiaire, il y avait beaucoup de joie. Tous les joueurs étaient contents. On a fait une petite danse mais c'est tout", explique Koné, dans les colonnes de L'Equipe. La fête ne s'est en effet pas prolongée, puisque dès samedi, l'OL sera de nouveau sur le pont, en Ligue 1, face à Montpellier. Et Bakary Koné sera de nouveau sur le terrain. Un intérim qui devrait d'ailleurs durer, puisque Cris devrait être absent un mois de plus, après avoir rechuté à l'entraînement, mercredi matin. Un constat qui n'inquiète plus grand monde à Tola Vologe. "Bakary Koné est un futur grand défenseur, il est très à l'écoute. C'est bien pour lui", glisse ainsi Bernard Lacombe, tandis que Rémi Garde est également satisfait de son apport: "Il a montré qu'il progressait rapidement. Il y avait une grosse bataille tactique à livrer, beaucoup d'intelligence de jeu à avoir, et il l'a eue. Il nous a aussi bien soulagés dans le jeu aérien". Des promesses que Koné doit désormais confirmer...